Wizwedge enfile ses baskets de sept lieues

 |   |  743  mots
(Crédits : DR)
Fondée en 2014 par un podologue originaire de Marseille, la start-up développe des chaussures de sport prévenant les blessures et améliorant la récupération. Jusqu’alors réservées au football et au rugby, ses baskets s’adressent désormais à un marché plus large : celui de la course à pied. Et l’entreprise s’apprête à augmenter considérablement son implantation.

C'est encore un Petit Poucet sur le marché de la chaussure de sport. Un Petit Poucet né du constat de Jean-Luc Guer, podologue sportif : les chaussures de sport utilisées dans le football ne sont pas appropriées, alors même que ce sport entraîne en moyenne 6 à 8 blessures pour 1000 heures de jeu. "Les évolutions sur ce marché concernent surtout l'esthétique et visent à toujours plus de légèreté, ce qui est une hérésie car cela nuit à la stabilité et à l'amorti nécessaires".

Il forme alors une équipe. "Il a fallu fédérer un groupe de praticiens et s'associer à des athlètes de haut-niveau qui nous apportent leur regard pratique pour assurer l'excellence du produit". C'est aussi le moyen d'obtenir une plus grande visibilité médiatique. Il dépose des brevets et obtient le soutien de divers partenaires comme l'incubateur Impulse, la Région ou encore Bpifrance.

Résultat de ce travail collectif : "un produit qui améliore le côté antivibratoire, l'amorti et le rebond". Pour cela, en plus d'une série de dispositifs améliorant le confort du sportif, la chaussure est dotée, sous le talon, d'un espace creux que l'on remplit d'une cale, "un wedge", en fonction du poids de la personne, du terrain sur lequel elle évolue (pelouse ou synthétique) ou encore de son niveau de fatigue. Au total, neuf "wedges" ont été conçus. Le client en choisit une paire, au moment de l'achat des chaussures. Chaussures vendues à un prix comparable à ceux proposés par les ogres du marché, malgré un coût de fabrication plus important. Cette fabrication se fait en Italie, bien que "nous rêvions de faire la confection en France. Mais nous n'avons plus les outillages et le savoir-faire nécessaires", regrette le fondateur de Wizwedge.

Du football à la course à pied

En 2016, la chaussure est présentée et vendue dans un magasin Intersport à Marseille. "Les produits ont été bien reçus par le public". La marque équipe même "une partie des arbitres centraux et assistants de ligue 1 et 2 de football".

Des débuts encourageants qui ont décidé la jeune pousse à enfiler ses baskets de sept lieues. Alors qu'elle s'adressait jusqu'alors aux seuls pratiquants de rugby et de football, elle vient de lancer une paire de chaussures destinée aux coureurs. "C'est dans la continuité. Tous les footballeurs font de la course à pied. C'est dans l'air du temps et c'est un marché beaucoup plus large". En effet, cette discipline compte 15 millions de pratiquants, contre 2,5 millions de licenciés en foot.

Un nouveau produit qui va de pair avec la refonte du site web et une implantation beaucoup plus dense puisque d'ici l'été 2019, on devrait retrouver la chaussure au W dans environ 80 magasins Intersport en France, ainsi qu'au Benelux via des distributeurs spécialisés. "Nous sommes dans une période charnière : nous passons d'une visibilité locale-régionale à une implantation nationale et internationale". Un changement d'échelle qui devrait permettre à l'entreprise d'engranger 1,2 million d'euros au cours des trois prochains mois.

Désormais, le mot d'ordre est de "mettre en place de façon claire et ordonnée l'implantation du produit". Puis il s'agira de "séduire d'autres magasins, d'autres athlètes de haut niveau et de développer de nouvelles collections".

Avancer pas à pas

Avancer sur le front commercial donc, mais aussi sur celui de l'innovation. "Nous allons continuer à optimiser notre gamme foot et nous orienter vers du matériel embarqué pour la course et le trail", annonce Jean-Luc Guer. "Nous développerons de la connectique pour améliorer la prise d'information dans la pratique du sport par le sportif lui-même. Il disposera alors de renseignements sur différents paramètres : le nombre de pas, les kilomètres, les foulées, la répartition des charges ... Une configuration avec beaucoup de paramètres différenciant". Des prototypes devraient être présentés fin 2019.

A terme, Wizwedge veut "s'installer comme nouvel équipementier français avec un concept mettant l'innovation au service du sport et de la santé", un équipementier par ailleurs proche de ses clients grâce à "un personnel formé pour optimiser la relation avec eux".

Voilà pour la grande ambition même si, et Jean-Luc Guer le répète comme un mantra, "il faut prendre son temps. Il faut respecter les codes de l'implantation et éviter que cela retombe comme un soufflé". Faire de grands pas pourquoi pas, mais l'un après l'autre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :