Comment Busit déploie ses premiers pas à l'international

 |   |  539  mots
(Crédits : BooblGum)
Grâce au contrat la liant avec l'opérateur Telekom Srbija, la startup basée à Nice passe les frontières nationales pour poser ses premiers pions en Europe. Une expansion géographique qui sonne aussi comme une reconnaissance de son savoir-faire.

L'international est souvent le rêve des jeunes entreprises innovantes, tant sortir hors du marché domestique est le plus souvent perçu comme une sorte de label de qualité, l'assurance que le produit, ou la technologie, sont prometteurs. Si ce raccourci est bien trop rapide et trop restrictif, pour ce qui concerne Busit, le passage des frontières hexagonales pour prendre la direction de la Serbie est malgré tout bien la reconnaissance de son expertise logicielle.

Envergure première

Et c'est sa plateforme IoT qui permet à la startup niçoise de se voir ouvrir le marché européen. Partie prenante du groupement choisi par Telekom Srbija, elle participe à la mise en place d'une infrastructure de gestion IoT pour 400 000 équipements sur 5 ans à l'échelle nationale. Les autres partenaires du consortium sont Actility - chargée du transport de données LoRaWan - et Teri Engineering, partenaire régional pour la gestion de projet, l'intégration et la maintenance.

C'est après un appel d'offres lancé en septembre 2017, que la startup niçoise s'est vu notifier l'attribution du marché en avril dernier pour un déploiement réalisé de juillet à septembre.

Telekom Srbija va ainsi s'appuyer sur Busit IoT Platform, cette dernière interagissant avec la solution d'Actility, appelée Thingpark, pour pouvoir mettre au point des offres capables de surveiller, monitorer et sécuriser tout ce qui concerne la ville, le bâtiment, le transport et l'agriculture.

Avec ce marché d'ampleur - 400 000 équipements c'est encore "du jamais vu en Europe du Sud", souligne son dirigeant - Busit marque un peu plus son expertise en matière de smart building, de smart agriculture et plus globalement de smart city.

D'ailleurs ce que recherchait Telekom Srbija, c'est bien une solution logicielle capable d'assurer à la fois une intégration rapide, de produire des solutions verticales et de supporter une charge d'ampleur.

La Serbie mais pas que

Ce contrat satisfait bien évidemment Busit et son président Wassel Guerbaa qui pointe l'implication du réseau LoRaWan, réseau adapté aux pays tels que la Serbie ou encore la Russie, car facilement déployable.

Cette première expérience à l'export ne devrait pas demeurer unique pour la jeune entreprise azuréenne. "D'une manière générale, nous avons d'autres projets à l'international", annonce Wassel Guerbaa. Et ce, autant en adressant l'industrie que la smart city. "Nous avons également gagné des projets en Belgique".

Aller plus vite

Arrivée à un point d'accélération, Busit prépare l'ouverture de son capital bien "que la société se suffise à elle-même", pointe Wassel Guerbaa. C'est donc pour accompagner sa croissance que la startup se prépare à une levée de fonds. Et l'internationalisation est l'une des raisons qui l'y pousse. Après celle du big data en 2018, l'intégration plus forte de l'intelligence artificielle fait aussi partie de la stratégie de développement, "puisque c'est ce que l'on nous demande", révèle le dirigeant azuréen. 2019 devrait voir également l'ajout de la maintenance prédictive. "Nous avons intégré des solutions partenaires et nous inclurons également nos propres algorithmes", souligne Wassel Guerbaa. Le chiffre d'affaires généré culmine à 500 000 euros pour un effectif qui devrait vite atteindre 20 personnes, l'opération d'ouverture de capital finalisée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :