Quelles promesses pour QuickSett, la fixation spéciale snowboard de Black-Line ?

 |   |  535  mots
(Crédits : DR)
La start-up installée dans le Var débute la commercialisation de ses fixations visant à éviter les torsions du genou des snowboarders. Une étape clef pour lancer la production de son produit avant de trouver des investisseurs.

Un virage à ne pas rater. Après un peu plus d'un an d'existence, la start-up Black-Line lance cette mi-décembre les préventes de son QuickSett, un disque rotatif destiné aux snowboards permettant de modifier la position des pieds sur la planche en déverrouillant le dispositif à volonté grâce à une montre. Le produit s'adapte à toutes les planches et fixations, il permet aux snowboarders d'éviter les torsions aux genoux.

La phase de préventes doit s'achever en même temps que le CES Las Vegas auquel prend part la jeune société installée à La Cadière-d'Azur. "Nous espérons rediriger le public américain vers notre campagne et surtout rencontrer de futurs financeurs ou pourquoi pas des représentants de marques françaises ou étrangères pour nouer des partenariats", prévient Sylvain Garnerone, cofondateur de la jeune entreprise avec son frère Rémi. Les Etats-Unis étant d'ailleurs le plus gros marché du snowboard avec le Canada.

Objectif levée de fonds

Le duo cherche actuellement des financements pour permettre une plus grande production et ainsi pouvoir frapper à la porte de distributeur. Black-Line vise la réalisation début 2019 d'une levée de fonds de 500 000 euros, avec la possibilité d'obtenir un équivalent en dette à taux zéro auprès d'établissements bancaires. Le tour de tables, qu'accompagne P.Factory, l'accélérateur présent à Marseille et Nice, dépend directement des préventes. L'opération, qui se déroule sur le site de financement participatif Indiegogo, doit permettre de collecter 25 000 euros.

Dans le cas contraire, la venue d'investisseurs sera plus compliquée bien que la production des premiers produits n'est pas remise en cause. "La campagne est en objectif flexible, si nous collectons 15 000 euros nous pourrons tout de même livrer les 200 premiers clients", précise Sylvain Garnerone. Ces fonds doivent également permettre d'accélérer la production, réalisée en France hormis pour des pièces électroniques venues de Chine avec un montage finale au siège social de Black-Line.

Cibler les loueurs de matériel

La campagne va se dérouler en plusieurs temps avec une stratégie de prix par palier. Les 100 premiers clients auront accès à Quicksett pour 69 euros, alors que le prix final de la campagne sera de 99 euros. A terme, le produit devrait être vendu sur le marché à 139 euros, d'abord auprès de loueurs de matériel, la principale cible de la startup.

"C'est un produit nouveau pour une discipline traditionnelle, c'est pour cela que nous voulons toucher des utilisateurs expérimentés", détaille Sylvain Garnerone. Le dirigeant confirme par ailleurs son ambition de "nouer un partenariat avec une marque déjà implantée dans ce milieu".

Jusqu'à présent, les financements proviennent de crédits bancaires et de gains lors de concours. Plus de 150 000 euros qui ont permis de lancer leur premier prototype, fruit d'une réorientation. Après une première version mécanique, Rémi et Sylvain Garnerone ont revu leur modèle pour y incorporer de la connectivité. La version bêta sortie en février a ensuite été corrigée et adaptée aux normes nécessaires pour arriver à un produit fini. Reste maintenant à le voir sur les pistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :