CES 2019 : iBubble, le premier drone sous-marin autonome, sans fil et "made in France"

 |   |  715  mots
L'équipe d'iBubble en situation.
L'équipe d'iBubble en situation. (Crédits : iBubble)
LES STARTUPS STARS / RÉGION SUD. Autonome, sans fil et made in France, le drone aquatique de la startup marseillaise Notilo Plus compte sur le CES de Las Vegas pour taper dans l'oeil des distributeurs, afin de s'imposer à la fois sur le marché du grand public et des professionnels.

Dans la catégorie des drones, on connaît bien l'énorme potentiel des drones aériens. Si, pour ce qui est des airs, la concurrence est rude, pour ce qui du sous-marin, l'idée est pour l'heure unique et elle est signée Notilo Plus. Créée en 2016 par Benjamin Valtin et Nicolas Gambini, deux ingénieurs, la société, d'abord née à Lyon, s'est localisée à Marseille voici quelques mois.

Leur drone sous-marin, baptisé iBubble, est autonome, fonctionne sans fil, peut tenir une heure sous l'eau, descendre jusqu'à 60 mètres de profondeur et résister jusqu'à une pression de 10 bars. L'engin se conçoit comme le cameraman personnalisé du plongeur, puisque, comme le précise Benjamin Valtin, « filmer sous l'eau est un geste très technique ». L'appareil utilise une technologie sonar embarquée qui géolocalise le plongeur, une seconde camera se chargeant de la reconnaissance visuelle et de filmer en cadrage plus précis. Il possède également un système de stabilisation et il est respectueux de l'environnement, car il dispose d'un système d'évitement qui l'empêche de toucher les écosystèmes fragiles.

Le  choix de fabriquer en France

Après une année 2018 placée sous le signe de la concrétisation avec des tests pour valider la robustesse du produit et une levée de fonds de 1,9 million d'euros pour lancer l'industrialisation et les premières ventes, 2019 sera, espèrent les deux cofondateurs, l'année de l'accélération. L'étape de la commercialisation est réellement lancée depuis octobre dernier. « Depuis, nous sommes dans une phase de rampe industrielle », indique Nicolas Gambini. La startup a fait le choix de la fabrication en France, en Haute-Marne, auprès d'un industriel de rang 2 du secteur automobile, intéressé par une diversification de son activité. « iBubble est un produit complexe, qui n'a jamais encore été assemblé. Il n'était pas pensable de le produire en Asie par exemple. Il est indispensable d'être présent à l'usine », explique Nicolas Gambini.

Débouchés mutliples

Les débouchés sont multiples. Une convention de partenariat a été signée en 2018 avec EDF. Le groupe français va utiliser iBubble pour mesurer l'impact des prélèvements d'eau sur la faune et la flore, opération jusqu'alors réalisée par un plongeur, que le drone sous-marin est capable de remplacer. Une autre grande entreprise observe avec intérêt l'innovation marseillaise. L'armateur CMA CGM, basé dans la Cité phocéenne, lui a remis le premier prix Jacques Saadé, lors de la cérémonie des Trophées de l'Économie 2018, organisée le 6 décembre, ouvrant à la pépite provençale les portes de ZeBox, l'accélérateur que la compagnie a initié en septembre dernier à Marseille. Ce qui constitue sans nul doute un premier pas vers une collaboration plus étroite. Mais le grand public est aussi l'un des segments visé par Notilo Plus.

La présence au CES, le plus grand salon électronique mondial, fait partie de la stratégie d'internationalisation voulue par Nicolas Gambini et Benjamin Valtin, qui ont déjà dévoilé iBubble à Las Vegas, lors du DEMA Show, salon consacré à la plongée, où il a été possible de rencontrer des distributeurs plus généralistes. « iBubble a totalement sa place chez les distributeurs high tech », souligne Nicolas Gambini. La jeune pousse compte poursuivre ses efforts en R & D, département qui compte 12 personnes sur une équipe de 17 salariés. Si le chiffre d'affaires attendu pour l'exercice en cours devrait - du fait de la commercialisation récente - atteindre 100 000 euros, il pourrait être de l'ordre de 3 à 5 millions d'euros en 2019.

Et aussi

Avec pas moins de 55 startups, la délégation Région Sud - Provence-Alpes-Côte d'Azur sera le contingent régional français le plus fourni au CES de Las Vegas. De nombreuses pépites refont le déplacement, comme les lunettes connectées Ellcie Healthy du niçois Philippe Peyrard, le dispositif SmartEar, d'Azur Tech Concept, qui retransmet les sons en flashs colorés, ou les Laboratoires Juving-Brunet qui présenteront Sniffy Solutions, capable de transformer tout écran tactile en 5D. Les montres intelligentes GuideWatches d'onTracks traversent aussi l'Atlantique afin de montrer comment guider les sportifs dans leur itinéraire. L.B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :