Beautylitic, cette plateforme qui pousse l'industrie cosmétique à la transparence

 |   |  558  mots
(Crédits : DR)
La startup Litica Labs, basée à Grasse a mis au point une API capable d'analyser le catalogue de produits de tout retailer. Une façon de répondre, indirectement, aux attentes des consommateurs, soucieux d'utiliser des produits les plus inoffensifs possibles. Et c'est clairement le marché américain qui est visé.

Dire que le consommateur à soif de produits cosmétiques les plus "propres" possible est plus qu'une nouvelle tendance, c'est un virage essentiel dans l'acte de consommer. Qu'ont bien pressenties Candice Colin et Claire Gagliolo, elles-mêmes convaincues que cosmétique devait rimer avec clarté quant aux composants utilisés puisqu'elles sont également à l'origine de Clean Beauty, application destinée au consommateur qui permet, par une simple photo de la liste des ingrédients d'un produit cosmétique de signaler la présence de perturbateurs endocriniens, nanomatériaux ou allergènes.

Trier, classer, labelliser

"Face au succès de Clean Beauty - qui a atteint 600 000 utilisateurs - nous nous sommes aperçues de la forte pression des consommateurs quant à leur demande de transparence, leur volonté de produits plus sains, ou tout au moins, de savoir ce qu'ils consomment", raconte Candice Colin.

C'est ainsi que leur startup Litica Labs, basée à Grasse, a mis au point Beautylitic. Une plateforme capable d'analyser scientifiquement le catalogue complet des produits vendus par les retailers.

Des retailers, "qui ne connaissent pas forcément la composition des produits qu'ils vendent", souligne Candice Colin, alors que parallèlement les consommateurs sont demandeurs de davantage d'informations. Grâce aux algorithmes développés par la jeune entreprise, les produits constituant le catalogue sont triés et classés, tout nouveau produit est lui aussi évalué dès qu'il est soumis aux algorithmes de Beautylitic. Le tout est automatiquement labellisé dès que les produits sont garantis sans allergène ou ingrédient à bannir.

L'Amérique "first"

En adressant le segment du BtoB après celui du BtoC, Beautylitic ne fait pas que rassurer le consommateur. Il apporte surtout une plus-value au retailer qui trouve, ainsi, une information qualitative à fournir au client. "Nous fournissons de la data et du conseil avec une approche constructive", indique Candice Colin. Annoncée au CES Las Vegas, Beautylitic fait plus qu'apporter une information à valeur ajoutée, elle permet aux retailers d'être eux-aussi les plus irréprochables possibles et de nourrir leur relation avec le client. Si c'est au Nevada que la plateforme a été officiellement lancée, c'est parce que le marché américain est l'une des priorités de la startup. En effet, l'absence de réglementation cosmétique aux Etats-Unis laisse la porte ouverte à l'utilisation de composant pas très "sains". Sauf que la demande du consommateur américain est, elle aussi, entièrement tournée vers la transparence. C'est ce qui a contribué à donner naissance par exemple à Mind the Store, association de consommateurs qui note les retailers en fonction des actions mises en place pour protéger le consommateur, à la fois sur ce qui est réalisé et sur ce qui est engagé.

Levée pour développer

Pour pousser plus fort son développement, Litica Labs est en phase de recherche de fonds. Un tour de table de 1 M€ lui permettrait d'aller plus vite en matière de développement. Déjà disponible en 7 langues - français, anglais, allemand, italien, portugais et hongrois, Beautylitic le sera bientôt en dix, en tout cas "très vite en chinois et en russe". L'objectif désormais de la startup est de "multiplier les partenariats avec les retailers, tant en Europe qu'aux Etats-Unis". Et si possible "nous voulons contribuer à ce que l'industrie cosmétique aille dans le bon sens".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :