Comment Jamtrack, la solution anti-brouilleur, vise le marché de la smart home

 |   |  377  mots
(Crédits : DR)
Servir de bouclier pour empêcher le brouillage des alarmes et autres systèmes sans fil et connectés, c'est le rôle de ce produit développé par Ziblue, basée à Grasse. Désormais commercialisée via un premier distributeur, cette solution adresse un large marché… qui s'ignore.

On le sait, qui dit IoT ne dit pas forcément inviolabilité. Et c'est précisément ce point faible qu'adresse Jamtrack, boîtier plug&play qui s'appuie sur une technologie exploitée par ZiBlue, la startup spécialisée dans les objets connectés, dirigée par Laurent Perez et qui sait donc bien de quoi il s'agit.

Autonome et opérationnel

Pour rappel les alarmes sans fil et autres objets issus de la domotique fonctionnent via deux fréquences spécifiques, 433 ou 868 Mhz. Sauf que ce sont des fréquences que les brouilleurs d'ondes connaissent aussi... et les cambrioleurs avec eux. Des brouilleurs qui sont donc capables d'annihiler la fermeture d'un garage ou des volets électriques ainsi que l'efficacité d'une alarme.

C'est de ce constat qu'est né Jamtrack. Ce boîtier, initialement fonctionnalité intégrée à une solution globale, est désormais totalement autonome. Alimenté via toute prise 220 V, port USB ou ordinateur, il a d'abord adressé le vol de véhicules avant de s'intéresser à la smart home. Disponible via un premier distributeur - Domadoo - l'enjeu désormais à de poursuivre le maillage via d'autres revendeurs, retailers spécialisés alarmes, maison connectée ou bricolage.

Poursuivre la distribution

Et c'est là qu'est bien l'enjeu pour Jamtrack. C'est que les brouilleurs, bien qu'interdits, se procurent facilement via le web. "C'est un marché très dynamique, les brouilleurs sont souvent fabriqué en Chine ou en Europe de l'est", explique Laurent Perez, l'inventeur de Jamtrack. Sauf que cette activité lucrative n'est pas vraiment connue des consommateurs et les retailers n'aident pas forcément à la faire connaître, préférant minimiser voire nier son impact. Difficile de vendre une alarme si c'est pour dire qu'en même temps, elle peut être rendue vulnérable aussi facilement. Sachant que 80 % des 2 millions d'alarmes vendues en France sont sensibles au brouillage... "Il existe une totale ignorance du marché par rapport à cette problématique", souligne Laurent Perez.

L'objectif pour les prochains mois est de convaincre un acteur majeur du retail d'alarmes de distribuer Jamtrack, qui par ailleurs, est compatible avec toutes les marques spécialisées Smart Home. Ce détecteur anti-brouilleur est 100 % made in France, produit par Altyor, PME basée à Orléans, le Mans, Grenoble et Nice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2019 à 7:58 :
J'ai envie de dire cocorico ! La société ALTYOR est 100% française et qui devrait le rester. Ce jeune groupe industriel spécialiste de l'Internet Of Things possède sa marque NodOn qui cartonne dans la fabrication d'objets connectés pour la maison intelligente. j'ai eu l'occasion de travailler avec eux et c'est pour cela que je peux les recommander. Du professionnalisme depuis la phase de conception jusqu'à la production et la fabrication d'objets connectés. Retrouvez ici un florilège de leurs productions https://www.altyor.fr/produits/
a écrit le 12/02/2019 à 11:31 :
"Sauf que ce sont des fréquences que les brouilleurs d'ondes connaissent aussi... et les cambrioleurs avec eux"

Une économie véritablement intéressante hein ! :D

Quoi que quelque part ça peut se tenir... : "Mafia et finance : la crise favorise les liaisons dangereuses" https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2012/08/30/mafia-et-finance-la-crise-favorise-les-liaisons-dangereuses
a écrit le 11/02/2019 à 21:08 :
Adresser par là. Quel jargon de vrp d'éditeur de logiciels !
Il faut apprendre à parler français. Élémentaire pour un journaliste ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :