Comment HitClic veut rendre le jeu vidéo accessible aux personnes souffrant de handicap

 |   |  741  mots
(Crédits : FreeWheel)
Installée à Saint-Cyr-sur-Mer, cette entreprise conçoit des manettes de jeu vidéo adaptées aux personnes à mobilité réduite. La commercialisation est prévue d’ici la fin du mois et pour se faire connaître, elle compte se faire une place dans le domaine du e-sport, tout en tissant des liens avec des géants comme Microsoft.

Au départ, David Combarieu est un papa qui bricole des manettes de jeu vidéo pour son fils tétraplégique. "On ouvre et on bricole la manette, on connecte les fils". Quitte à rendre caduque la garantie. Armé de ce nouveau gadget, l'enfant fait des émules. "Nous avons rencontré d'autres jeunes dans la même situation. Nous avons alors lancé une campagne de crowdfunding pour développer d'autres solutions adaptées à différents handicaps et consoles".

Des consoles de type Xbox ou Playstation. Car si le PC est relativement adapté au branchement d'accessoires en tout genre, cette possibilité est largement restreinte concernant les consoles de salon. Néanmoins, "il y a quelques fabricants de manettes adaptées aux Etats-Unis mais assez peu d'import en Europe. En France, il n'y a rien du tout". La demande est donc suffisamment conséquente pour encourager David Combarieu à créer une entreprise. D'autant que selon lui : "On se repose trop sur les associations sur ce type de sujet. Or cela nécessite des heures de recherche et développement, du matériel à concevoir, de la fabrication. Il faut créer des entreprises et des emplois".

Bientôt sur le marché

Après un an de recherche et développement, de discussions avec des partenaires, la société s'apprête à lancer la production, pour une commercialisation prévue dès la fin du mois. Il s'agira de proposer un produit dont la configuration sera ajustable en fonction du type de handicap, "avec différentes formes de joysticks, boutons, qui pourront être positionnés comme le souhaite l'utilisateur". Pour débuter, "les premiers produits seront des sticks pour jeux d'arcade, simples à utiliser dans tout type de handicap, avec les poings, les coudes, les pieds ... C'est un matériel robuste, qui réagit bien". Et également peu coûteux. "On essaie de ne pas s'orienter vers des solutions hors de prix". Car l'accessibilité reste le mot d'ordre.

Des produits qui seront dans un premier temps disponibles via la vente en ligne sur le site de HitClic. "Ensuite, nous aimerions impliquer la grande distribution". Les grands sites vendeurs type Amazon ou Cdiscount, mais surtout les magasins physiques comme Micromania ou la FNAC afin de faire tester la solution en direct.

Et de s'appuyer sur des associations de personnes handicapées, établissements médicaux, mais aussi sur de grands groupes comme Microsoft, via Xbox France. "Ils nous soutiennent et quand des joueurs handicapés s'adressent à eux, ils peuvent les renvoyer vers nous". Un partenariat facilité par le fait que Xbox a sorti une plateforme permettant de raccorder à sa console tout un panel d'accessoires. Un outil indispensable pour HitClic. "Le lien avec un tel constructeur est primordial. Cela nous permet de gagner en visibilité et d'avoir les bonnes informations sur leur matériel pour adapter le nôtre sans perdre de temps".

S'appuyer sur le e-sport

Autre axe de développement déjà entamé : être présent lors des compétitions de e-sport, un secteur en plein essor et qui se professionnalise. Pour y assurer la présence de personnes handicapées, David Combarieu s'appuie en parallèle sur son association HandiGamer : "Nous aidons les joueurs à se déplacer vers les événements de e-sport". Il a également monté une équipe. Autant d'ambassadeurs pour HitClic. "La compétition est quelque chose d'important pour nous. Le monde du e-sport professionnel, c'est ce que les joueurs ont en ligne de mire. Comme dans le foot, on y trouve des stars ; il y a des compétitions qui replissent des stades. On peut amener des joueurs handicapés dans le monde professionnel. Cela leur montre que des portes s'ouvrent, qu'ils sont capables, avec un matériel adapté, d'avoir une performance professionnelle. Un peu comme Renault avec la Formule 1. Être capable de proposer un véhicule pour grand prix, cela donne un côté rassurant à la marque". Avec cette stratégie, HitClic espère atteindre un chiffre d'affaire de 70 000 euros d'ici la fin d'année.

A terme, sur la base des briques technologiques qu'elle va concevoir, l'entreprise aimerait s'étendre à d'autres domaines comme la domotique ou les drones, une technologie encore assez inaccessible pour les personnes souffrant de handicap, les joysticks étant souvent trop petits ou le pilotage se faisant par smartphone. Pourtant, l'entrepreneur en est convaincu, les drones présentent un grand potentiel pour "des personnes en fauteuil roulant. C'est une manière d'explorer un lieu de façon libre, par les airs".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :