Sabrina Roubache productrice hyperactive venue de la planète Marseille

 |   |  755  mots
Sabrina Roubache.
Sabrina Roubache. (Crédits : Sophie Vernet)
DÉCIDEUSE. Elle débute avec Akhénaton, du groupe IAM, se plonge dans Marseille avec Dan Franck, crée un fonds d'investissement quand personne ne l'y encourage, vient de réaliser une première opération de croissance externe... Depuis deux décennies, Sabrina Roubache n'en démord pas : la Provence a tout pour être leader des industries créatives.

Elle le répète souvent, elle ne « lâche rien ». C'est ce qui s'appelle aussi avoir de la suite dans les idées. Pourtant, derrière une apparence de chef d'entreprise hyperactive, Sabrina Roubache pèse le poids de chacune de ses décisions. Plus tête froide que tête brûlée.

La production, Sabrina Roubache n'y tombe pas dedans quand elle est petite mais presque, puisque c'est à l'orée de ses 20 ans qu'elle croise la route de Philippe Fragione, plus connu sous le pseudonyme d'Akhénaton, membre emblématique du groupe de rap originaire de la Cité phocéenne, IAM. Elle le suit dans l'aventure de leur fameux album L'École du micro d'argent, mettant un pied dans le monde de la production. Pour ne plus jamais le quitter. La production, c'est donc son « truc ». Un secteur où il y a beaucoup à faire, notamment parce que la consommation du public change, que la technologie évolue et que les territoires ont aussi leur mot à dire.

Gurkin Invest Films, premier fonds d'investissement en région dédié aux industries créatives

Sûre et certaine que la Provence représente l'avenir des industries créatives et parce que le nerf de la guerre, quoi qu'on en dise, c'est toujours la monnaie sonnante et...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :