Perspective[S] veut se recentrer sur le mobilier… et la criminologie

 |   |  884  mots
(Crédits : DR)
Située à Aix-en-Provence, l'entreprise propose des prestations sur-mesure de réalité virtuelle ou augmentée et de 3D à partir d’un moteur de programmation fait-maison. Positionnée au départ sur des secteurs très divers, elle veut aujourd’hui se recentrer sur certains marchés de niche. Un moyen de se structurer pour passer de startup à PME.

Au départ de l'aventure, deux étudiants de l'école des Beaux-Arts d'Aix-en-Provence, réputée pour avoir assez tôt intégré les nouvelles technologies à l'art. "C'est comme cela que nous sommes tombés dans le multimédia et la 3D", se rappelle Romain Senatore, cofondateur de Perspective[S]. Tous deux développent NX Graphics Engine, un moteur de programmation multimédia, sorte de "super logiciel pour créer des logiciels dans le domaine de la réalité virtuelle, augmentée et du web 3D". Un moteur dont est propriétaire l'entreprise lorsqu'elle est créée en 2013. Et cela sera un atout pour la suite. "Il est parfaitement adapté à nos besoins, plus flexible".

Le moteur prêt, il peut être utilisé pour le premier projet commandé à l'entreprise : la création d'une visite virtuelle de la fondation Vasarely où ils sont hébergés dans un premier temps. C'était avant de vouloir entrer dans le dur de la création d'entreprise.

Un pas qu'ils franchissent en rejoignant le Technopole de l'Arbois qui les aide à lever 500 000 euros afin d'affiner leurs travaux de recherche et développement, de recruter et de répondre à leurs premiers clients dont les demandes sont très diverses : visites virtuelles en 3D, simulateurs professionnels de plongée sous-marine, de maintenance, de travaux électriques, réalité augmentée... toujours sur-mesure. Des domaines que l'on connaît encore assez peu à ce moment-là, d'où la nécessité d'évangéliser. "Au fil de temps, nous avons pris notre place". Les clients sont essentiellement nationaux, voire régionaux.

2018, année du décollage

Après plusieurs années de recherche et développement, 2018 marque l'entrée dans une véritable phase de commercialisation avec un chiffre d'affaire d'un demi-million d'euros. Initiée par une présence au CES de Las Vegas, elle est aussi l'année de l'ouverture à l'international. "Nous avons ouvert une antenne à Seattle et une autre à Prague". L'intérêt : "Le code informatique doit se nourrir et être multiculturel. Et puis nous envisageons un développement commercial dans ces pays pour 2020". A Prague, où est présent un ancien professeur des deux entrepreneurs, c'est aussi l'occasion de repérer des talents associant ingénierie et créativité, des profils difficiles à trouver en France.

C'est donc plus mûre que l'entreprise affronte son second CES à Las Vegas, début 2019. "Cela a été une belle vitrine et nous a donné accès à un réseau international même s'il on y a rencontré beaucoup de Français". Un événement qui a donné lieu à une quinzaine de demandes de devis.

Accroître les effectifs et se structurer

Mais tandis que la demande est de plus en plus forte, la startup se frotte à ses limites de taille. D'où la volonté de réaliser une levée de fonds - en cours - de 2 millions d'euros qui permettra de doubler l'effectif cette année.

Perspective[S] veut également mieux se structurer, ce qui passe par un recentrage de ses activités. "Nous voulons continuer notre activité de bureau d'études avec des développements très spécifiques mais en lien avec ce qu'on fait globalement". Le fil rouge étant "un même noyau technologique", le moteur de programmation. Et pour ne pas se disperser, l'idée est de se positionner plus précisément sur trois marchés.

Se recentrer

L'immobilier d'abord. Un secteur où ces technologies sont bien développées et où il est encore assez aisé de tirer des revenus. "Mais cela ne durera qu'un an ou deux. Nous y restons tant que nous aurons un peu d'avance", annonce Romain Senatore pour qui la concurrence des géants du secteur risque de devenir trop rude à l'avenir. A l'inverse, la stratégie est plutôt d'aller sur des marchés de niche comme celui du mobilier.

"Nous créons des meubles sur-mesure pour les menuisiers et ébénistes" grâce aux technologies 3D. Une activité qui se fera en relation avec des "usines connectées, mutualisées qui fabriqueront les meubles". Un produit "sans équivalent sur le marché" et demandé par les menuisiers d'après Romain Senatore. Le but étant de "remettre la valeur ajoutée au bon endroit et de permettre aux artisans de passer plus de temps sur la création et la relation client". Ce projet devrait se concrétiser prochainement. "Nous avons accompagné notre premier client sur ce volet. Il est en train de créer une nouvelle usine à Aix-en-Provence pour la confection de meubles sur-mesure grâce à notre plateforme". L'ouverture est prévue en octobre.

Enfin, le troisième marché en vue, plus inattendu peut-être, est celui de la criminologie et des reconstitutions de scènes de crimes. Un projet né d'une discussion et de la découverte d'un besoin, qui a tout de suite convaincu les associés. "Nous avons déjà commercialisé des solutions et accompagné une dizaine d'investigations". Le client étant le Ministère de la Justice par le biais des juges. "Ces reconstitutions permettent d'économiser des coûts et de regarder les choses sous plusieurs angles, à plusieurs reprises".

Des activités plus précises, un effectif accru et une implantation à l'international. Autant d'ingrédients qui, espère Romain Senatore, "permettront à l'entreprise de finir de se structurer et de passer de startup à PME ".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :