Fitizzy à la quête de la taille idéale

 |   |  689  mots
(Crédits : DR)
Basée à Marseille, cette startup propose un outil numérique permettant aux consommateurs de choisir les vêtements et chaussures qui correspondent au mieux à leur taille. Après une première phase de développement national, elle veut perfectionner son offre et s’attaquer à l’international.

Pantalon trop court. Manches de chemise trop longues. Short trop étroit... Si l'achat en ligne s'est largement démocratisé ces dernières années, ces petits aléas en limitent l'ampleur dès qu'il est question d'habillement. Ce à quoi Fitizzy veut apporter une solution.

Après de premières années consacrées à la recherche et au développement, l'entreprise née à Lille avant de rejoindre Marseille - elle est accompagnée par Marseille Innovation - lance une combinaison d'outils destinés à faciliter l'achat de vêtements à la bonne taille, s'adressant à plusieurs marchés à la fois.

Un marché multicanal

"Nous visons les entreprises côté public : le prêt-à-porter, la lingerie, les chaussures", énumère Falco Schmutz. Un secteur qu'il adresse de deux manières. "Nous leur proposons un plugin sur leurs sites commerçants ainsi qu'un service en magasin physique". Dans tous les cas, le consommateur est amené à répondre à une série de questions sur sa taille, sa morphologie, son activité physique ou encore ses habitudes alimentaires. Les renseignements obtenus constituent ensuite un passeport morphologique exploitable chez tous les clients de Fitizzy pour qui l'intérêt est multiple.

Sur Internet, il s'agit de rassurer le consommateur, de le pousser à consommer davantage tout en diminuant le nombre de retours, source de frais pour les marques. "Nous sommes passés d'un taux de conversion de 7 à 25 %. Quant aux retours liés à un problème de taille, ils ont diminué de 30 % grâce à notre solution". En boutique, il s'agit de remettre le vendeur là où il apporte le plus de valeur ajoutée, à savoir l'échange avec les clients, et de le libérer des tâches chronophages de rangement. Cela permet aussi de réduire le nombre de cabines d'essayage pour optimiser l'espace.

Une offre qui a séduit de nombreuses marques telles que Promod, Celio, Etam, Undiz ou encore Caroll. "Sur ce marché, 90% de nos clients sont Français".

Si l'entreprise touche l'international, c'est davantage grâce à son autre marché : celui de l'habillement professionnel. "Nous avons créé une plateforme pour que nos clients gèrent l'acheminement des bonnes tailles aux professionnels de chaque métier". Et il se trouve que les fabricants de ce type de vêtements se trouvent beaucoup dans les pays d'Europe du Nord où Fitizzy est donc parvenue à tisser quelques partenariats.

Monter en qualité et s'étendre vers l'Asie

Trois activités dont l'entreprise tire profit par trois canaux : l'intégration de la solution chez un client, un abonnement récurrent pour l'utilisation du service et l'accessibilité à la donnée. "Nous disposons de trois types de données : sur la consommation de nos outils, sur la morphologie des clients et sur leurs habitudes de consommation". Celles-ci sont exploitées par les marques qui le souhaitent afin de mieux connaître leurs consommateurs. "Pour les professionnels, cela permet de réaliser des séries plus adaptées à la cible finale et de fournir des lots plus précis".

Avec plus de 200 marques partenaires en propre et 600 en dérivés, Fitizzy, qui ne souhaite pas communiquer son chiffre d'affaire, a atteint un premier cap sur un marché "arrivé à maturité". D'où la volonté de monter en qualité. "Nous avons lancé il y a un an une phase de recherche et développement pour reconstruire notre outil. L'objectif est d'auditer la qualité dans toutes les étapes du process". Avec un objectif ambitieux : "atteindre 100 % de qualité de la recommandation". Autre fonctionnalité qui devrait s'ajouter à destination de l'habillement professionnel : la possibilité d'une gestion complète de la campagne par Fitizzy.

Un saut en qualité qui devrait s'accompagner d'un changement d'échelle, Falco Schmutz ne cachant pas ses "velléités de sourire à l'international", et en particulier à l'Asie. "Le marché est plus mature et le e-commerce en pleine explosion. Là-bas, on consomme plus sur internet qu'en physique. C'est une autre dimension". Pour autant, les géants américains et allemands du domaine y sont encore assez peu présents. "Sur place, les concurrents sont essentiellement locaux mais notre solution est plus percutante". Des discussions sont en cours. Fitizzy espère les concrétiser d'ici la fin d'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2019 à 16:44 :
C'est dommage, Fittizzy avec de tels mensonges et une telle philosophie, déjà qu'il on des problèmes de taille avec la lingerie. Je comprend pas et ne vois pas ce qu'ils peuvent faire à l'étranger, encore moins en Asie ou Amérique du sud, des marchés très compliqués. Je dis bon courage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :