Contre le cancer, l’Institut Paoli Calmettes dégaine l’arme de l’innovation (1/2)

 |   |  664  mots
(Crédits : DR)
Situé à Marseille, ce centre de lutte contre le cancer s’illustre depuis sa création par un fort effort d’innovation tant technologique qu’organisationnelle. Un effort qui s’incarne aujourd’hui au travers divers projets en pointe.

C'est une des dernières acquisitions de l'Institut Paoli Calmettes, une pépite technologique qu'il est encore le seul à avoir acquis en France. Impressionnant de par son design futuriste, le MRIdian l'est encore plus de par les progrès qu'il permet en matière d'oncologie. « C'est un accélérateur de particules - comme toutes les machines de radiothérapie - auquel est intégré un IRM comme imagerie embarquée", décrit Agnès Tallet, cheffe du service de radiothérapie de l'IPC. Une innovation de rupture dont le "but ultime est d'augmenter la dose sur les tumeurs radio-résistantes sans grever le pronostic des organes voisins". Le tout dans le cadre d'une radiothérapie adaptative, c'est-à-dire selon "un plan de traitement adapté jour après jour à l'anatomie du patient". Pour un maximum d'efficacité. Au plus juste.

Des technologies de pointe

Car être à la pointe de la technologie fait partie de l'ADN de l'Institut. "Nous faisons confiance à nos médecins », assure Patrice Viens, directeur général. Des médecins qui exercent en permanence un travail de veille. Dans le cas des radiothérapies, ce travail revient essentiellement aux physiciens, comme l'explique Agnès Tallet dont le service a toujours essayé "d'être au goût du jour. Nous avons des discussions récurrentes jusqu'à ce que nous ayons les idées claires puis nous investissons dans ce qui nous semble judicieux". Après l'imagerie en deux dimensions des années 1990, l'IPC a naturellement filé vers l'imagerie embarquée avant de faire le saut de la radiothérapie adaptative. Et déjà, les équipes se penchent sur la prochaine révolution annoncée : celle de l'imagerie moléculaire en temps réel. « Cela devrait démarrer en fin d'année ».

Anticiper pour prendre la vague de l'innovation contre le cancer : une stratégie qui ne date pas d'hier. C'est même la raison d'être des Centres de lutte contre le cancer - ce qu'est officiellement l'IPC - lorsqu'ils sont créés par une ordonnance de 1945. "Depuis leur origine, ces centres ont pour mission d'être en permanence dans l'innovation et la recherche pour les patients atteints de cancers. On a toujours l'impression que cela concerne les machines, mais il y a aussi de l'innovation au niveau de l'organisation", raconte Patrice Viens. Ainsi, "depuis sa création, l'IPC a mis en place un dossier unique par patient. C'était une révolution dans le milieu hospitalier. Par la suite, cela a été un élément majeur qui a permis d'informatiser très tôt les dossiers médicaux".

Une autre prise en charge des patients

Un engagement renforcé encore dans le cadre d'Unicancer, fédération nationale des centres de lutte contre le cancer auquel appartient l'Institut. "Nous nous appuyons beaucoup sur les réflexions d'Unicancer qui a présenté il y a quelques années deux études pour dessiner la prise en charge de la cancérologie en 2020 (Evolpec). Chaque centre a essayé de mettre en place les perspectives qui découlent de l'étude. Ici, cela se traduit par de l'innovation technique pure mais aussi par une adaptation de la capacité de prise en charge ambulatoire de façon très proactive".

L'hôpital a ainsi développé la prise en charge à l'extérieur de l'institut, notamment pour les patientes atteintes de cancer du sein. Une unité hors les murs a aussi été créée, "avec des soignants, médecins et infirmiers, mais pas de patients. Cela permet au malade de ne pas revenir à l'hôpital systématiquement tout en bénéficiant d'un suivi". Un pari qui a surpris dans un premier temps, la question se posant de savoir comment trouver une rentabilité économique à un tel modèle. Au final, "on se rémunère comme on peut. L'innovation est indispensable pour la prise en charge. Nous avons donc pris sur notre budget en nous disant que si la performance est au rendez-vous, nous aurons les moyens qui suivent".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2019 à 6:27 :
....DES TECHNOLOGIES DE POINTE POUR MOURIR MIEUX ?
On nous serine les immenses progrès de la médecine alors que le nombre de décès dus a cette maladie est en constante augmentation .......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :