Quel business modèle pour Je Stocke Mon Bateau ?

 |   |  544  mots
(Crédits : DR)
La start-up originaire de La Ciotat propose un site collaboratif pour que tout un chacun puisse louer une partie de son jardin ou garage afin d'y ranger un bateau. Alors que la saison estivale s'achève, la cofondatrice Marie Bagnaud veut se faire connaître auprès des skippers qui cherchent un lieu de stockage longue durée.

Les signes ne trompent pas, l'été touche bien à sa fin. Il ne reste que quelques irréductibles pour profiter sur les plages des dernières chaleurs. En mer, les bateaux de plaisance se font de plus en plus rares. "L'hibernage débute", lance Marie Bagnaud, fondatrice avec Brice Guintrand de Je Stocke Mon Bateau. Cette start-up au nom sans équivoque met en relation des particuliers qui ont de la place chez eux, dans leur jardin ou garage par exemple, avec des propriétaires de bateaux qui cherchent à les "garer". "C'est du collaboratif, comme le fait Airbnb", compare la dirigeante. Pour les "stockers", cela permet de gagner de l'argent. Pour les skippers, c'est un moyen d'obtenir un loyer plus avantageux et surtout d'éviter les attentes interminables pour les places dans un port et port à sec.

Un moyen également d'alléger le coût que représente un bateau. C'est d'ailleurs lorsqu'il a voulu en acheter un, que Brice Guintrand a eu l'idée de monter cette entreprise. Officiellement lancée en octobre dernier, la start-up a publié son site en juin et revendique aujourd'hui 250 places à travers toute la France et les Dom-Tom. Logiquement, l'offre se concentre surtout sur les régions bordées par la mer ou l'océan.

Les propriétaires de bateaux ciblés

Comme tout site collaboratif, l'inscription est simple, intuitive et gratuite. Pour un loueur, il suffit de donner des détails sur le lieu mis à disposition et ses caractéristiques comme la présence d'une prise électrique ou d'un espace pour ranger le matériel. De leur côté, les propriétaires renseignent le type de bateau qu'ils possèdent et s'il s'accompagne ou non d'une remorque.

Le prix proposé est décidé par le loueur. "Un prix conseillé est affiché, il est calculé automatiquement selon les caractéristiques et l'emplacement", précise Marie Bagnaud. Les places peuvent être également proposées par des professionnels, mais les particuliers représentent 90 % de l'offre.

Reste maintenant à trouver des propriétaires de bateaux. "Nous avons commencé par cibler les stockers, pour avoir une offre la plus importante possible. Maintenant, nous allons communiquer auprès des skippers car nous sommes dans la période où ils doivent stocker les bateaux", explique la dirigeante. Les locations peuvent se faire à la journée, à la semaine, au mois ou à l'année. "L'été ce sont des courtes durées, la période de la rentrée est importante car il s'agit de locations longues".

Voguer à l'international

Pour lancer son activité et son site, la start-up provençale a pu compter en janvier sur une levée de fonds de 200 000 euros. A l'avenir, la rémunération doit se faire avec une commission sur chaque transaction. Si "l'hibernage" se passe bien, Marie Bagnaud entend accélérer le développement de Je Stock Mon Bateau. "Nous allons proposer dès octobre une assurance, en plus de la location", annonce-t-elle. Ça, c'est pour le court terme. A long terme, le duo d'entrepreneurs compte proposer une deuxième version du site, une application en 2020 et se voit déjà à l'international. "Le site est prévu pour cela", note Marie Bagnaud qui envisage également un service de conciergerie. Pléthore de projets qui passeront par des phases de recrutements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :