Comment F-Reg s'affirme dans la gestion hydraulique

 |   |  571  mots
(Crédits : DR)
Installée à Nice, la startup a mis au point une solution qui grâce à une vanne hydrodynamique permet de s'absoudre de la construction de bassins de rétention. Une solution brevetée qui intéresse les collectivités et qui, parce qu'elle fait partie de la famille IoT, prend tout son intérêt dans la gestion quotidienne et dans l'aménagement urbain.

Le centre d'intérêt de F Reg c'est à la fois les eaux usées et les eaux pluviales. Et si la startup installée au sein du CEEI à Nice, adresse ces deux segments de marché, c'est parce que le sujet est sensible à plusieurs points de vue.

Le contexte d'hyperurbanisation entraîne de facto une saturation des réseaux d'assainissement et les épisodes pluvieux et orageux que connaissent à la fois la région Sud comme la France aggravent la problématique. Venus du secteur de l'eau Emmanuel Curinier et Thierry Courbon ont mis au point une vanne qui permet de stocker le trop plein d'eau dans les réseaux et cela en fonctionnant de façon autonome, grâce à la pression hydrostatique, qui ouvre la vanne et façon progressive.

Expertise plurielle

Commercialisée depuis près de deux ans cette vanne tout à fait nouvelle a bénéficié d'une nouvelle phase de R&D afin de la rendre connectée. Ce qui permet, comme le souligne Emmanuel Curinier, de "fournir de l'information au client sur le débit" et qui permet donc par exemple une surveillance à distance, sans crainte de devoir intervenir en cas de problème inattendu.

C'est d'ailleurs bien cette capacité à être un appui utile en cas de fortes pluies qui a conduit la jeune entreprise à collaborer avec la commune de Biot, dans les Alpes-Maritimes, touchée cruellement par les inondations dues aux fortes pluies en octobre 2015. Les services de l'Etat ont en effet exigé que les bassins de rétention voient leur capacité augmenter, celle-ci n'étant pas suffisante en cas de pluies aussi fortes qu'en 2015. En sur-dimensionnant les conduites de près de 270 ml et en posant 4 vannes hydrodynamiques, F Reg a apporté une solution "sécuritaire", dit Emmanuel Curinier. C'est aussi l'EPA Euroméditerranée, à Marseille, qui a opté pour la vanne connectée azuréenne, équipant certains quartiers de l'opération d'intérêt national notamment son nouveau quartier, Les Fabriques.

A Monaco, c'est sur le volet eaux usées que la startup niçoise apporte son expertise, la station d'épuration ne pouvant absorber l'ensemble du flux lorsque celui-ci devient trop important.

Bien qu'elle adresse les problématiques des territoires méditerranéens, F Reg essaime dans différentes régions de l'Hexagone et même à l'étranger. "Nous nous sommes rendus compte que la problématique que nous adressons est plus large que la Méditerranée. La demande de régulation réseau provient de toutes régions et cette demande est croissante", précise le dirigeant.

Valoriser le patrimoine

Pour autant F Reg ne se cantonne pas à son premier secteur d'expertise et développe sa solution pour d'autres secteurs, en parallèle. C'est notamment le cas pour les macro-déchets, les déchets d'assainissement. "Nous essayons de nous adapter au marché", pointe Emmanuel Curinier. "Notre ADN est de continuer à innover et d'apporter une solution face aux changements climatiques".

Car "la seule réponse des pouvoirs publics c'est le bassin de rétention". Or, "notre solution, en évitant la construction de bassins de rétention qui mobilisent un foncier précieux, contribue à valoriser le patrimoine existant".

F Reg peut-elle concerner les particuliers ? "C'est également un segment que nous touchons mais davantage par le biais de prescripteurs. Nous pouvons nous adosser à des projets privés", précise Emmanuel Curinier. F Reg réalise un chiffre d'affaires de 400 000 euros et emploie 7 personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :