Comment Gridpocket a séduit le fournisseur d’énergie ENI

 |   |  938  mots
(Crédits : DR)
Spécialisé dans les services numériques liés à l’efficacité énergétique, l’éditeur de plateforme logicielle basé à Sophia Antipolis a remporté l’appel d’offres lancé par ENI Gas & Power France grâce à son programme de fidélisation clientèle qui récompense les bons comportements énergétiques.

La cleantech sophipolitaine, spécialisée dans les services numériques liées à l'efficacité énergétique, et plus particulièrement ceux permettant d'engager, de fidéliser et de développer une base clientèle, officialise sa collaboration avec ENI Gas & Power France. La filiale du groupe italien ENI, un des leaders de l'énergie en Europe avec plus de 9 millions de clients, est présente en France depuis 2003. Elle opère sur le marché des collectivités, des grandes entreprises du tertiaire, des professionnels et des particuliers, et se revendique comme le premier fournisseur "nouvel entrant" avec une part de marché, en volume, d'environ 17%. Une position qu'il s'agit de consolider et de renforcer en s'appuyant sur les outils innovants développés par GridPocket, à l'origine d'une plateforme d'analyse et de gestion des données énergétiques (consommation, production, type d'habitat, localisation géographique...) qu'elle recueille et valorise en les transformant en une expérience utilisateur attractive.

Programme de fidélisation

Ainsi est né le Club ENI. Destiné aux clients équipés de compteurs communicants (Linky ou Gazpar), ce service vise à accroitre la satisfaction clientèle tout en permettant aux utilisateurs de suivre leur consommation de manière ludique et donc de faciliter les économies d'énergie. Lesquelles donnent accès à des points qui peuvent ensuite être convertis en cadeaux ou en contributions à des initiatives humanitaires ou écologiques. Une animation régulière via des campagnes emails ou l'envoi d'alertes configurables permettant de maintenir l'engagement dans la durée.

Cette solution qui se veut différenciante, mixant outils d'analyse et contenus pédagogiques, devrait en appeler d'autres. "Ce projet n'est que le début de ce partenariat qui conduira au développement de services toujours plus complets et intégrés pour les consommateurs d'énergie", souligne Filip Gluszak, président de GridPoket dont l'objectif est de renforcer et d'optimiser les relations entre les fournisseurs d'énergie et leurs clients tout en permettant, aux premiers comme aux seconds, de faire des économies.

Un écosystème en rupture

Il faut dire que l'offre GridPocket s'inscrit dans un écosystème énergétique confronté à trois grandes ruptures qui bousculent les fournisseurs et nécessitent de forts investissements : la dérégulation du marché entamée il y a une quinzaine d'années à laquelle sont venues s'ajouter, d'une part, la nécessaire transition énergétique avec la montée en puissance programmée des énergies vertes et, de l'autre, l'explosion des nouvelles technologies numériques et leur corollaire, à savoir, un environnement de données qui constitue certes un terreau fertile au développement de services énergétiques innovants et à valeur ajoutée, à condition de savoir les exploiter ! C'est là que se positionne la cleantech fondée en 2009 avec "une solution logicielle disponible, testée et approuvée, qui permet aux fournisseurs de comprendre et de mieux gérer les besoins de la clientèle et donc de gagner du temps et de l'argent dans cette course à la transition vers les nouveaux marchés énergétiques", revendique Filip Gluszak.

GridPocket adresse trois types de fournisseurs d'énergie. Les entreprises locales de distribution (EDL) d'abord, lesquelles gèrent leurs activités sur un périmètre limité la plupart du temps à une collectivité et qui, dans le contexte actuel, "ont de plus en plus de mal à faire face aux acteurs nationaux et internationaux". On en compte une centaine en France. Les fournisseurs de taille intermédiaire ensuite qui ont "des besoins précis en termes de différenciation marketing" et auxquels la cleantech propose son expertise, par exemple, dans le domaine de l'engagement utilisateur ou des services de cross-selling. Enfin, les grands groupes énergétiques avec qui elle se place dans une démarche de co-innovation à l'instar d'Enedis "sur la partie intégration au réseau des véhicules électriques" ou encore la Société Monégasque de l'Electricité et du Gaz (Smeg), entrée au capital de la cleantech en 2017. "Nous travaillons avec eux sur la maison intelligente avec la mise en place d'une plateforme de pilotage unique en Europe dont le démonstrateur, installé dans leur showroom, vise à comprendre comment ce service peut être lancé à une plus grande échelle", indique le dirigeant.

Axes de développement

Ces solutions sont utilisées en France, à Monaco, en Belgique et en Pologne. "Des déploiements pilotes sont en cours au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie", précise le dirigeant de l'entreprise qui, "chaque année depuis trois ans, double son chiffre d'affaires" (non communiqué) et table sur une accélération de sa croissance dès 2020, portée par un marché dynamique en Europe et des opportunités de business extra-européennes qui se multiplient, notamment en Afrique et au Moyen-Orient.

Autre axe de développement privilégié par l'entreprise : l'intelligence artificielle. Un domaine pour lequel GridPocket a mené et continue de mener des recherches en collaboration avec Eurecom, Telecom ParisTech et l'Ecole des Mines, entre autres. Elle dispose à cet égard d'une équipe dédiée en interne qui a développé, par exemple, des algorithmes capables d'identifier, dans le respect de la réglementation, les clients susceptibles de déménager. "Les fournisseurs peuvent ainsi anticiper et leur proposer des services liés au déménagement pour réduire leur taux de switching dont le coût s'élève chaque année à plusieurs millions d'euros". Aujourd'hui, GridPocket se penche plus particulièrement sur la prédiction des consommations énergétiques utiles afin de faciliter et d'optimiser l'autoconsommation. Elle travaille aussi à élargir son approche à d'autres domaines comme l'eau. Et prévoit d'étoffer son effectif, de 25 personnes actuellement, à plus d'une trentaine en 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :