Le défi industriel de My Bee Wrap

 |   |  674  mots
(Crédits : DR)
Ecologique, conçu à base de cire d'abeille, cet emballage pour aliment compte remplacer l'usage habituel des films plastiques. Imaginée par Anotherway, startup basée à Marseille, cette innovation relocalise sa production dans la Cité phocéenne en s'appuyant sur des Esat, création d'emplois à la clé. Et pour la distribution c'est autant en BtoB qu'en BtoC avec une première présence chez Biocoop pour la gamme 100% bio.

Alors que le plastique est honni des usages les plus courants, la startup AnotherWay, basée à Marseille, apporte sa contribution au sujet en adressant le secteur culinaire. Il y a un an, elle mettait sur le marché My Bee Wrap, un emballage écologique, conçu à base de coton biologique, de cire d'abeille, d'huile de jojoba et de résine d'arbre. Un cocktail tout ce qu'il y a de plus sain et qui constitue la recette du succès de la jeune pousse, d'autant que ce film alimentaire peut être réutilisé et lavé plus de 120 fois.

Enjeu industriel

Une recette qui, malheureusement, ne pouvait passer en mode production sur le sol hexagonal. C'est donc sous d'autres cieux que My Bee Wrap a produit ses premiers exemplaires. Mais on ne peut pas défendre le bio, le bon et le sain et ne pas tout tenter pour favoriser également la proximité en matière de réalisation. Reste que la volonté est une chose, la réalité une autre. C'est un vrai parcours du combattant qu'a entamé Samuel Olichon. Car comme le raconte l'entrepreneur il lui a fallu trouver toutes les solutions à chaque étape de production. "Personne ne disposait du processus industriel en France. Nous avons donc du concevoir nous-même une machine - fabriquée en France mais comme il n'existait pas de standard, nous avons du effectuer des tests - pour fabriquer les produits. Mais également trouver les financements. Ainsi qu'un partenaire industriel capable d'assurer la production". Ce partenaire, ce sera l'ESAT Le Rouet à Marseille, lequel, pour faire face à la charge de travail - pliage, mise sous plis et envoi - génère la création de 12 emplois.

Un second ESAT marseillais, celui des Argonautes, va également apporter sa force de production à la startup. Ce qui porte le tout à une capacité de production de 400 000 packs. Concernant le financement, c'est Bpifrance qui apporte son aide, assorti d'un prêt bancaire.

Biocoop convaincu

Outre sa gamme première, My Bee Wrap a également mis au point une recette 100 % bio grâce à la cire d'abeille qui au lieu d'être originaire de France ou de Zambie, provient de ruches entourées de champs non traités par les pesticides.

Autre particularité du produit, qui en fait aussi sans doute son appétence, le design qui orne les films, à la fois coloré et festif. "Nous disposons de 9 designs différents, un nouveau design étant dévoilé tous les trimestres", précise Samuel Olichon.

Tout cela a convaincu l'enseigne Biocoop avec laquelle un accord de distribution à été conclu et qui référence dans 250 de ses 600 magasins la gamme bio dès ce 5 novembre. "Nous disposons de l'unique référence 100 % bio en Europe", détaille Samuel Olichon qui voit dans ce canal de distribution un complément à la vente qui se faisait jusqu'alors par le biais de son site internet. De même, la présence d'Anotherway au salon Maison & Objet en septembre dernier était aussi une façon de développer l'axe BtoB. Mais "il est important pour nous de conserver le contact direct avec le client. Pour concevoir de nouveaux produits, c'est vital, cela permet de sentir les tendances". Des discussions avec d'autres enseignes ne devraient pas manquer de suivre.

Etape 1

En plein développement, la startup provençale se fait accompagner à la fois par l'accélérateur M à Marseille et la pépinière Cleantech à Aix-en-Provence. Actuellement dotée d'une équipe de 5 personnes, celle-ci devrait s'étoffer pour compter 7 salariés d'ici la fin de l'année.

Et comme son nom l'indique, AnotherWay ne compte pas se cantonner à la production d'emballage alimentaire. Depuis le début de l'aventure, Samuel Olichon compte bien concevoir d'autres produits du quotidien en version écologique, "pour remplacer les jetables du quotidien", notamment dans l'univers de la cuisine. Tout cela boosté par la production relocalisée en Provence. "L'arrivée du Made in France est une concrétisation", estime le dirigeant. Le chiffre d'affaires attendu est de 600 000 euros pour ce premier exercice. A octobre 2019, 25 000 packs ont été vendus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2019 à 8:39 :
Bonjour et bel article, cependant le beeWrap français n’est pas une nouveauté inventée par anotherway, beaucoup d’autres marques produisent en France depuis au moins 2 ans et de manière industrielle comme Apifilm fabriqué par l’atelier du miel de Delphine et Indutex.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :