MagicStay, le Airbnb du voyage d’affaires, accélère à l’international

 |   |  749  mots
(Crédits : Reuters)
Avec plus de 500 000 offres d’hébergement à travers le monde, la plateforme de location d’appartements pour les voyageurs d’affaires, basée à Grasse, entre en phase d’accélération à l’international, l’Europe et les Etats-Unis en ligne de mire.

Mi novembre, tout le gratin du tourisme et du tourisme d'affaires est attendu à Fort Lauderdale, en Floride, pour la conférence Phocuswright qui met chaque année en lumière les dernières tendances et innovations technologiques dans les principaux segments du marché du voyage. Parmi les start-ups invitées à pitcher lors de cette édition 2019, une poignée de jeunes pousses françaises dont l'azuréenne MagicStay, spécialiste de la location d'hébergements de courte et moyenne durée pour les voyageurs d'affaires. "C'est un moment très important pour l'entreprise qui, après cinq années consacrées à la R&D, entre en phase d'expansion, notamment à l'international", indique son co-fondateur, Valéry Linyer, à quelques jours de son départ outre-Atlantique.

"Duty of care"

Il faut dire qu'en l'espace de six mois, la plateforme de réservation développée par la jeune pousse grassoise a plus que doublé son offre et revendique désormais plus de 500 000 appartements, villas ou appart-hôtels dans plus de 3 000 villes et 130 pays. Leur particularité ? Tous sont sélectionnés et gérés par des agences immobilières professionnelles, constituant, de ce fait, "une alternative sécurisée à l'hôtellerie traditionnelle, peu adaptée lorsque le voyage dépasse trois ou quatre nuitées", estime le dirigeant. De quoi rassurer les grandes entreprises que cible quasi exclusivement MagicStay dont la technologie "exclusive et aujourd'hui mature" est capable de répondre aux enjeux du "duty of care" et à ses contraintes relatives à la sécurité du voyageur et à la protection de ses données personnelles. "Un important travail de connectivité a été effectué pour relier notre plateforme aux principales agences immobilières à travers le monde ainsi qu'aux outils utilisés par les collaborateurs des grands comptes pour réserver leur voyage d'affaires". Lesquels accèdent ainsi, de manière simple, sécurisée et en temps réel, à un hébergement disponible au prix validé en amont et dont certains, réunis dans une gamme Signature, vont jusqu'à proposer des services hôteliers.

Diversification vers le marché de la mobilité professionnelle

Lancée en 2013 à Grasse, la jeune pousse qui ne communique pas sur son chiffre d'affaires compte dans son portefeuille clientèle des grands comptes français issus des secteurs de la banque, du conseil, de l'automobile, de l'aéronautique et de la défense qu'elle accompagne pour des courts (en moyenne cinq nuitées) et désormais moyens séjours (de un à onze mois). Une diversification entamée en début d'année qui vise à élargir son marché à la mobilité professionnelle, l'expatriation et l'impatriation avec une offre de 35 000 hébergements dédiés à ce jour. "Nous changeons d'acheteurs, souligne Valéry Linyer. Si le voyage d'affaires est plutôt lié aux services achats des entreprises et à leurs travel managers, le long séjour est davantage dépendant des RH et nécessite donc la création d'outils spécifiques qui seront lancés dans les prochaines semaines."

Huit millions d'euros levée depuis 2013

Pour supporter ce développement, mais aussi sa croissance, MagicStay a conclu au printemps dernier un nouveau tour de table de 3 M€ auprès d'un groupe d'investisseurs individuels, représentants de Simmons & Simmons et de la Société Générale Corporate & Investment Banking SGCIB. Ce qui porte la totalité des sommes levées depuis sa création à 8 M€. "60% de ces ressources ont été consacrés au développement de notre technologie", précise le dirigeant. Qui poursuit sa quête de financement pour accompagner MagicStay dans sa phase d'expansion. "Nous avons comme objectif de signer un quart des grandes entreprises françaises et d'approcher le million de logements au cours de l'année 2020". Surtout, "le marché du voyage d'affaires est par essence mondial, nous devons l'être aussi, d'autant que notre technologie nous permet d'accélérer notre présence à l'international". Dans sa ligne de mire : l'Europe limitrophe d'une part, à savoir l'Allemagne, l'Italie et l'Angleterre, avec la probable ouverture de filiales sur place. Et les Etats-Unis, de l'autre, où la jeune pousse d'une vingtaine de personnes n'est pas tout à fait inconnue puisqu'elle fait partie, pour la deuxième année consécutive, des 100 principaux players de la location courte durée identifiés et reconnus par Skift, une des plus importantes plateformes de veille stratégique dédiée à l'industrie du tourisme et basée à New-York. A cet égard, Phocuswright apparaît donc comme "un bon point de départ pour une accélération outre-Atlantique".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :