Aix-Marseille Université, la réalité virtuelle et les entreprises

 |   |  663  mots
(Crédits : iStock)
La VR aussi à sa place dans les laboratoires. C'est en tout cas la matière première sur laquelle travaille le Centre de réalité virtuelle de la Méditerranée installée au sein du campus marseillais. Ou comment utiliser cette technologique, tout comme la vidéo à 360°C ou la réalité augmentée, pour analyser le comportement humain.

Au sein du campus de Luminy, le centre de réalité virtuelle de la Méditerranée (CRVM) se livre à des expériences un peu spéciales. Quatre écrans, un au sol et les trois autres dressés pour former une cabine, projettent un décor : on n'y voit une route avec un arrêt de bus de chaque côté, au milieu d'une ville. "Il s'agit d'un projet de service de transport public. Nous avons modélisé le service, les rues, puis proposé à de futurs usagers de l'utiliser en avant-première en réalité virtuelle. Nous avons analysé leur comportement pour savoir comment ils utilisent ce moyen de transport et quelle est la signalétique la plus adaptée. L'objectif est de parvenir à concevoir des services de transport facile d'utilisation, réellement adaptés aux besoins des usagers », explique Rémy Casanova enseignant-chercheur au sein du CRVM. Pour générer ce faux environnement, il utilise un Cave, un outil capable de créer un environnement virtuel automatique qui adapte le décor avec les mouvements du testeur.

Des expériences au combien importantes puisqu'elles permettent d'anticiper d'éventuels disfonctionnements. Ce type de procédé a été utilisé lors d'une thèse CEA pour vérifier que des infrastructures restent accessibles afin des réaliser d'éventuelles réparations dans le futur. Autre exemple, un constructeur automobile qui souhaite tester ses tableaux de bord. A chaque fois, le CRVM s'occupe de coder le scénario. Autrement dit le décor. "C'est un exemple de ce que nous sommes capable de faire", explique Rémy Casanova.

Une moyenne de 6 projets par an

Le Cave est l'équipement le plus important que l'on trouve dans les locaux du CRVM où se stockent différents casques et lunettes. "Nous sommes un laboratoire d'environnement numérique avec un regard centré sur l'utilisateur", résume Rémy Casanova. Au sein d'une équipe de huit personnes, il utilise la réalité virtuelle, augmentée, mixte ou des vidéos à 360°C pour tester les comportements du corps et de l'esprit.

Ce centre est rattaché à l'Institut des sciences du mouvement. Il fait partie des plateformes technologiques labellisées par Aix-Marseille Université, l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et le CNRS (centre national de la recherche scientifique). Elles ont pour vocation de mettre en relation la recherche et les entreprises. Ainsi, le CRVM mène trois types de travaux. Il peut s'agir d'une prestation de conseil basique pour répondre au besoin précis d'un client, soit d'une question ouverte posée par acteur privé, ou enfin de la recherche fondamentale.

Les fonds publics ont permis d'équiper la structure qui doit ensuite trouver des clients pour perdurer. Cela permet ensuite d'également financer la recherche pure. "Nous sommes là depuis 13 ans, c'est que cela fonctionne, j'en ai vu d'autres arrêter", note Jean-Marie Pergandi, responsable technique.  Depuis sa création, le CRVM a travaillé sur 75 projets. Soit environ 6 chaque année. "La durée de chacun varie énormément, cela dépend des interactions qu'il faut créer", souligne Rémy Casanova.

Industrie et l'urbanisme comme secteurs privilégiés

Le projet Acorformed a par exemple mis trois ans pour être développé. Financé par l'Agence nationale de la recherche (ANR) il utilisait la réalité virtuelle pour mettre les médecins dans une situation où ils doivent annoncer à un patient une nouvelle, bonne ou mauvaise.

L'utilisation de la VR pour la formation est en pleine expansion auprès des entreprises. "Les autres secteurs les plus intéressants pour de tels tests sont l'industrie et l'urbanisme", juge Nicolas Gochgarian, chargé d'affaires. Il développe des exemples : "Nous pouvons utiliser de la réalité augmentée en temps réel pour donner des indications à un technicien ou pour une personne en fauteuil roulant savoir comment elle se déplace dans un environnement grâce à la réalité virtuelle pour l'optimiser".  Une application bien réelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :