Comment Ted Orthopedics veut rendre la rééducation du genou plus efficace… et plus connectée

 |   |  683  mots
(Crédits : DR)
Installée à Gardanne, cette startup a développé une genouillère connectée afin de rendre la rééducation à domicile plus efficace. Alors qu’elle vient de mettre sur le marché son premier produit, elle vise déjà l’international et espère améliorer son offre grâce à la collecte de données et à l’intelligence artificielle.

C'est une articulation complexe au croisement entre le tibia, le fémur et le péroné. Puissant, le genou n'en est pas moins fragile puisque c'est l'articulation la plus exposée aux pathologies traumatiques ou dégénératives. On sait combien l'arthrose peut être pénible pour les 5 millions de Français concernés. On sait aussi à quel point le diagnostic de rupture des ligaments croisés peut sonner le glas d'une carrière sportive tant le risque de rechute est fort.

Lorsqu'il est endommagé, le genou exige des séances de kinésithérapie, et souvent, en complément, de l'auto-rééducation. Mais une mauvaise posture peut mettre à mal les efforts effectués voire empirer le problème. Si tant est que les exercices soient effectivement réalisés.

Superviser le patient et informer le praticien

C'est pour accompagner cette rééducation à domicile qu'a été créée Ted Orthopedics. "Nous voulions une technologie qui analyse les mouvements des patients à domicile, à la fois pour superviser le patient et pour faire un retour au médecin", résume Arnaud Pioli, son PDG.

Pour mettre en place cette technologie, Ted Orthopedics se plonge dans une "longue phase de recherche et développement". "Nous avons fait des prototypes, des tests chez des kinésithérapeutes, au domicile de patients... " Le projet intéresse rapidement des professionnels de santé, notamment un groupe de chirurgiens orthopédiques qui fait le choix d'entrer au capital. Des investissements et des efforts qui donnent naissance à un produit : une genouillère équipée de capteurs qui permet d'analyser les mouvements réalisés par le genou au cours d'un exercice. La genouillère est associée à une application qui offre au patient un retour en temps réel afin que celui-ci améliore sa façon de faire. Et Arnaud Pioli de compléter : "On a ajouté une notion de gaming". Ainsi, à la fin de la séance, un score de réussite est attribué au patient afin de le motiver. De son côté, le praticien bénéficie des informations du patient, ce qui lui permet un meilleur suivi.

L'export pour limiter les risques liés au système de santé

Certifiée dispositif médical, la genouillère est partiellement prise en charge par la sécurité sociale. Le reste peut être pris en charge par les mutuelles. Tout juste démarrée, la commercialisation est appelée à prendre son envol cette année, auprès des pharmacies mais aussi en vente directe, prochainement sur le site web de l'entreprise. En France bien sûr, mais pas seulement. "On se dit que l'influence du système de santé dans un pays est très forte. Est-ce que le système français va nous permettre de nous développer correctement ? Nous n'avons pas la réponse. Pour limiter ce risque, mieux vaut aller sur des marchés différents". Histoire d'être sûr que "le produit marchera quelque part". Parmi les destinations envisagées : les Etats-Unis, l'Espagne, la Finlande ou l'Australie. C'est pour cette raison que Ted Orthopedics s'est rendue au CES Las Vegas. "Nous avons rencontré de potentiels investisseurs français et des distributeurs internationaux ". Affaires à suivre.

Des données pour prévenir les rechutes

En attendant, pour conquérir des marchés, l'entreprise s'appuie sur une force de vente externalisée en plus d'un commercial qui sera recruté en interne.

Côté innovation, il est question d'étoffer la gamme de produits. Deux nouveautés devraient sortir cette année. D'ici cinq ans, la startup espère tirer profit des données collectées. "C'est le premier produit qui récupère des informations sur le mouvement du genou pendant des exercices physiques. Cela nous fournira une quantité de données intéressantes à analyser". Celles-ci pourraient par exemple permettre de mieux comprendre les facteurs de rechute pour mieux les prévenir.

Car Arnaud Pioli en est convaincu, "le marché des objets connectés pour la rééducation va fortement grossir. Quelques startups travaillent déjà sur ce sujet. Nous voulons en être un acteur, à l'international".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :