Ce que le Vulog Labs va apporter au MaaS

 |   |  669  mots
(Crédits : DR)
L'entreprise spécialisée dans la mobilité partagée, basée à Nice, crée un Labs afin dit-elle d'accélérer sur une utilisation optimisée de la data, qu'elle considère comme sous exploitée. Alors même que le marché montre son dynamisme et ses besoins. Et que le mobility as a service demeure un Graal à atteindre.

Remettre une couche d'innovation et améliorer significativement l'usage de la data, c'est le sens du Labs créée par l'entreprise niçoise. Spécialiste de la mobilité partagée, VuLog s'est déployée via sa plateforme AiMA (pour Artificial Intelligence Mobilit Applied NDLR), adressant les marchés de l'automobile et plus largement celui de la mobilité, sous toutes ses formes, de l'automobile aux trottinettes.

Et c'est bien parce que la mobilité, pour être efficiente, a besoin de data, que VuLog a décidé d'accélérer sur ce sujet, donnant naissance à un Labs dédié.

"VuLog est depuis très longtemps sur le marché, devenant un véritable expert métier", rappelle Antonin Guy, en charge de la stratégie et du développement. "Or, nous arrivons à un tournant de ce marché, nous y constatons une accélération, avec l'arrivée régulière de nouveaux entrants, au rythme de presque un par jour". De fait, on comptabilise 550 opérateurs exerçant aujourd'hui dans près de 2 000 villes.

"Nous pensons que 2020 va être une année charnière", redit Antonin Guy. Et c'est bien ce qui a poussé l'entreprise à "continuer la croissance". Pour cela, "il faut de l'innovation et mieux utiliser la donnée".

C'est le fondement de VuLog Labs, installé au cœur de l'Eco-Vallée de Nice. Un Labs qui porte deux objectifs. Le premier est de "renforcer l'expertise que nous avons déjà". Une vingtaine de personnes va se consacrer à construire des outils bourrés d'intelligence artificielle. Des data ingénieurs, des machine learning ingénieurs notamment, mais aussi des experts avec une vision produit. Le second est de mutualiser les connaissances en la matière. "Nous sommes dans un secteur qui foisonne. Pour innover, nous devons nous rassembler", indique Antonin Guy. Ce qui fera avec les partenaires que possède déjà VuLog.

"Ce Lab n'est pas nouveau, mais il permet de donner un coup d'accélérateur". De structurer l'innovation et le savoir-faire de l'entreprise niçoise.

Répondre aux enjeux

Mais le but de tout cela, c'est bel et bien le MaaS. Le Mobility as a Service, Graal de tous les acteurs de la mobilité. Et qui peine à trouver un business modèle rentable. Ce qui concerne bien évidemment les professionnels du véhicule - "trouver le bon véhicule pour le bon usage" - ceux du secteur de l'assurance - avec un service de pay as you drive - et plus largement donc, la gestion des flottes, avec opérations de maintenance, de recharge...

Clairement, il n'y a pas de réponse simple à donner aux enjeux du MaaS dit Antonin Guy. "Chaque acteur le fait pour une raison précise. De nombreuses initiatives se lancent. Le MaaS, c'est l'avenir. Mais qui va le faire, et comment ? Le modèle économique est un point de vigilance".

C'est donc sur ce sujet prégnant que VuLog (110 salariés - CA non communiqué) se place. "Le VuLog Labs va continuer à développer notre R&D. Nous allons continuer à travailler avec les constructeurs automobiles". Si l'on pousse encore un peu plus loin quid de l'expertise de VuLog pour ce qui est du véhicule intelligent ? "Le car sharing est le premier pas vers la voiture autonome", affirme Antonin Guy. Logique, puisque le car sharing signifie une connaissance fine des questions de recharge, de rebalancing, de parking... "Le car sharing possède une très bonne connaissance de la ville. Et toute cette expertise va être cruciale pour les opérateurs du véhicule autonome". On sait que Sophia-Antipolis est plutôt très bien orientée sur ses questions. Que VuLog, au travers de ses partenariats, dont à l'international, possède précisément une data riche. Que l'intelligence artificielle, sujet fort du territoire azuréen qui possède désormais un Institut 3IA, est clé dans la mobilité du futur. C'est donc l'assemblage des deux qui va créer de la valeur. Attendue par les acteurs de la mobilité. Mais pas que...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :