ExpoPolis, le logiciel qui "dématérialise" les salons BtoB

 |   |  639  mots
(Crédits : DR)
En mettant au point un logiciel capable de rendre virtuel tout événement professionnel et de l'adapter aux besoins et codes du client, la startup née en Belgique mais désormais basée à Sophia-Antipolis, s'installe sur une niche, que la récente actualité pourrait bien faire croître plus vite.

L'idée est née il y a bien longtemps. En temps de startup, ça ressemble même à la préhistoire. Car le concept visant à dématérialiser les salons BtoB tout en les rendant "accessibles" grâce à la 3D, naît en... 2009.

A l'époque Thibault Van der Auwermeulen et Pascale Van Kerckhove s'associent et collaborent, alors qu'ils sont installés en Belgique, avec une entreprise spécialiste du bâtiment en 3D pour le monde de la construction, basée à Sophia-Antipolis. Un premier contact avec la technopôle... qui prendra sens quelques années plus tard.

Développement en marque blanche

Afin de rendre le concept le plus vrai et le plus attractif possible, Thibault Van der Auwermeulen fait alors appel à l'architecte allemand Jürgen Mayer, qui réalise un bâtiment, conçu en 3D. Une façon de pousser l'idée jusqu'au bout.

Mais si l'enveloppe extérieure compte - comme un palais des congrès ou d'expositions - c'est ce qui se trouve à l'intérieur qui constitue la vraie plus-value.

Développé en mode SaaS, le logiciel d'ExpoPolis ne fait donc pas qu'accueillir de façon dématérialisée, organisateurs et exposants. Il propose également divers modules qui facilitent le parcours du visiteur mais qui surtout apportent du service. Il est ainsi possible d'activer un module emploi, un module statistiques détaillées, un module capable d'activer l'interaction avec les réseaux sociaux ou encore un module capable de générer des publications. "Il est possible de parcourir le salon comme un catalogue", explique Thibault Van der Auwermeulen.

Pour répondre à l'ensemble des attentes des organisateurs et des nouveaux usages, un module a également été ajouté afin de permettre l'organisation de conférences en ligne. "Ce n'est pas un webinar classique. Nous nous sommes aperçus que lors des webinars, la fréquentation décroit au fur et à mesure. Nous nous sommes donc inspiré  des TEDx. Une vidéo est ainsi préenregistrée et peut être visionnée à tout moment", raconte Thibault Van der Auwermeulen.

ExpoPolis ne cible pas uniquement les organisateurs d'événements elle s'intéresse aussi aux exposants. La startup revendique un portefeuille de 4 000 entreprises ayant déjà exposé, dont des grands groupes tels qu'IBM, Apple, Tesla, Coca-Cola ou EDF.

Développé en marque blanche, le logiciel donne surtout la possibilité de personnaliser totalement le contenu et l'offre, comme de mettre l'ensemble aux couleurs du client. "Nous faisons du sur-mesure également en terme de design".

Complémentaire, pas concurrent

Née en Belgique, ExpoPolis est donc désormais installée au sein du Village by CA à Sophia-Antipolis. Un déménagement qui s'est fait assez logiquement, explique Thibault Van der Auwermeulen, l'attrait de la technopôle ayant joué de son effet, tandis que l'accompagnement par Le Village by CA constitue un levier de croissance pour la startup, qui reconnaît son besoin de se faire accompagner. Côté business modèle, celui-ci s'appuie sur le principe de la location de la solution. A noter que chaque événement dispose de son propre serveur. Présente au dernier CES Las Vegas sur le village francophone, ExpoPolis reconnaît tout de même vouloir privilégier le marché français comme le marché européen, avant de tenter l'aventure américaine. Et Thibault Van der Auwermeulen d'insister pour dire que l'objectif d'ExpoPolis n'est pas de remplacer les événements physiques, mais de venir en complémentarité de ces derniers. "Nous ne sommes pas organisateurs", rappelle le fondateur de la jeune entreprise qui pourrait pourtant trouver un relais de croissance dans le contexte actuel d'annulations et reports d'événements lié à la propagation du coronavirus. Pour l'heure, ExpoPolis travaille à renforcer sa structure pour poursuivre son développement. La startup qui emploie 7 personnes, a réalisé un chiffre d'affaires de 180 000 euros en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2020 à 21:13 :
quel horreur des salons btob en virtuel, franchement vaut mieux reste a la maison, tout le plaisir des salons c 'est de voir les gens en vrai et en face, pas juste recevoir une plaquette commerciale

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :