Coronavirus : l’IHU Méditerranée Infection en voie de prouver l’efficacité de la chloroquine

 |   |  704  mots
(Crédits : DR)
A la tête de l’Institut Hospitalo-universitaire Méditerranée Infection à Marseille, le Professeur Didier Raoult vient d’annoncer, à la suite d’un essai clinique sur vingt-quatre patients, l’efficacité de la hydroxychloroquine contre le coronavirus.

Il a peu goûté aux accusations de "fake new" suite à ses récents propos évoquant l'efficacité de la chloroquine, un antipaludique connu depuis les années 1930, contre le coronavirus. Didier Raoult, directeur de l'IHU Méditerranée Infection, se référait alors à une étude chinoise selon laquelle ce traitement réduirait à quatre jours le temps de portage du virus, contre 14 à 20 jours sans traitement. Mais faute d'une cohorte suffisamment large et d'une analyse poussée des effets secondaires, cette étude a été décriée par certains chercheurs et la nouvelle a même été présentée comme une fake news par des médias français et, pendant plusieurs heures, par le site du ministère de la Santé.

Après six jours de traitement, le virus a disparu chez 75 % des patients testés

Pas de quoi décourager le professeur classé numéro un mondial parmi les experts des maladies transmissibles selon la dernier classement Expertsace. Au contraire, celui-ci a lancé au sein de son établissement un nouvel essai clinique incluant 24 patients, avec des doses administrées plus faibles que l'essai chinois : 600 mg par jour contre deux fois 500 mg en Chine. Et les résultats sont très encourageants. Au bout de six jours de traitement par Plaquenil - un des noms commerciaux de l'hydroxychloroquine -, seuls 25 % des patients sont porteurs du virus, contre 90 % dans le groupe témoin. Mieux, lorsque l'on associe à l'hydroxyhloroquine de l'azythromycine, un antibiotique connu pour ses effets antiviraux, ce chiffre est presque nul. "Or, tous ceux qui meurent, meurent avec le virus. Ne plus avoir le virus change le pronostic". Et ce délai de portage raccourci a bien sûr un impact sur le risque de contagion. La bonne nouvelle est aussi que ce traitement est peu coûteux et facile à produire. Quant aux effets secondaires, ils existent mais sont relativement connus et maîtrisés selon les posologies adoptées, assure le professeur.

Mais cette piste est loin d'être la seule dans laquelle s'engage l'Institut. Ainsi, ses chercheurs sont parvenus à isoler 143 souches du virus. "Nous allons pouvoir séquencer les génomes pour corréler la sensibilité au traitement et l'évolution de la maladie". L'idée étant de pouvoir "évaluer des stratégies thérapeutiques et en découvrir de nouvelles". Une avancée permise grâce à un microscope électrique, "notre nouveau joujou", se félicite le professeur Raoult.

Un hôpital de recherche à la pointe de la technologie

Des joujoux dans lesquels cet hôpital de recherche investit fortement afin d'assurer sa mission : celle de concentrer en un lieu les moyens de lutte contre les maladies infectieuses.

Depuis sa création en 2016, l'Institut s'est illustré par son importante collection de microbes. Il a ainsi isolé 40 % des 2 700 bactéries connues chez l'homme. L'innovation se trouve également dans l'architecture du lieu, pensé pour éviter la contagion des maladies qui y sont traitées grâce notamment à des chambres sous pression.

En pleine crise du coronavirus ce lieu joue un rôle central, d'où le choix d'installer les premiers rapatriés mis en quarantaine dans les alentours, à Aix-en-Provence et Carry-le-Rouet. Chaque jour, l'IHU réalise 1100 diagnostics du virus. Didier Raoult fait également partie du conseil scientifique chargé de conseiller le gouvernement sur l'épidémie, ce qui ne l'empêche pas d'interroger la stratégie mise en l'œuvre actuellement, et en particulier l'absence de recours systématique au test. "Si quelqu'un est malade, est-ce qu'il fait ce qu'on lui dit, à savoir rester chez lui en attendant que cela passe, jusqu'à ce qu'il ait une détresse respiratoire ou bien est-ce qu'il se fait tester et traiter ? C'est une vraie question". A l'inverse, il cite l'exemple de la Corée du Sud qui a systématisé le diagnostic, se plaçant deuxième en nombre de tests par habitant, loin devant la France qui occupe la vingtième place. Et d'en appeler à rattraper ce retard pour endiguer au plus vite l'épidémie. Il ajoute que le frein au test généralisé n'est pas technologique mais avant tout logistique. "C'est un test PCR banal que tout le monde fait. Il faut prendre des mesures pragmatiques". Quitte à envisager, pourquoi pas, l'auto-prélèvement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2020 à 21:41 :
Du moment que chez les enfants leur système immunitaire répond bien, je pense surement que c'est du aux vaccins qu'ils ont eu alors pourquoi ne pas tester les vaccins : rougeole - DTP- un par un ou bien par combinaison. on aura alors au total : 4 à savoir
1- vaccin rougeole
2- vaccin anti Diphtérie (D)
3-vaccin anti Tetanos (T)
3- vaccin anti Polio (P)
4- vaccin D+T)
5- vaccin (D+P)
6-vaccin (T+P)
Je pense à mon avis le traitement est dans l'un des vaccins ?
a écrit le 19/03/2020 à 18:39 :
Bravo, les USA l'adopte comme solution, M.Hirsch qu'il aille demander pardon !
a écrit le 19/03/2020 à 17:00 :
Bravo au Docteur RAOULT et à toute son équipe et vite faites ce traitement à tous les malades !!!
Réponse de le 19/03/2020 à 18:45 :
Une dose de strychnine pour Martin Hirsch ! ;o))))
a écrit le 19/03/2020 à 16:40 :
Qu'est ce qu'on attend pour le proposer à tous les malades qu'on ne peut pas traiter et qui sont en danger ? Ce médicament a été pris par des millions de gens... On sait quels sont les effets secondaires. Il y a des études bien qu'imparfaites... C'est mieux que rien... Pendant ce temps le gouvernement attend... La production de matériel de protection, les tests, la fermeture des écoles... Ce gouvernement a toujours un temps de retard et n'apprend pas de ses erreurs. Agissons !!!!
a écrit le 18/03/2020 à 19:00 :
J'adore les naifs qui chantent les louanges de ce docteur Didier Raoult...Ce même Didier Raoult qui disait fin janvier que les chinois étaient des hystériques pour rien que c etait rien ce virus que c etait même pas la grippe.même quand ça a commencé à dégénérer en italie il disait qu il y aurait plus de morts dans les accidents de trotinette. J ai tous les liens à disposition pour ceux que ça intéresse. ..alors bon la crédibilité de ce monsieur qui trouve un medicament en 15 jours alors que y a encore un mois alors qu il se glorifiait de ne rien faire sur le sujet...Les journalistes devraient se renseigner sur cet adepte pourtant bien connu du buzz
Crédibilité zero
Réponse de le 19/03/2020 à 6:54 :
Crédibilité zéro pour un chercheur classé premier mondial au classement expertscape ? Vous êtes qui, rappelez-moi ? Allons un peu de sérieux...
Réponse de le 19/03/2020 à 9:53 :
Ce que vous dites est inexact; le Pr Raoult a dit dans sa vidéo datée du 11 février que la chloroquine marchait sur les coronavirus et que c'est avec cette molécule que le SRAS de 2003 avait été combattu.
Réponse de le 19/03/2020 à 11:07 :
Ce docteur avec zéro crédibilité comme tu dis est le premier expert mondial sur les maladies transmissibles. Si tu préfères écouter les médecins urgentistes de BFM, libre à toi mais on ne parle pas d'un charlatan la !
Réponse de le 20/03/2020 à 9:34 :
"J ai tous les liens à disposition pour ceux que ça intéresse": je suis très intéressé, merci donc de les publier ici.
Réponse de le 20/03/2020 à 18:57 :
en janvier il publiait une vidéo (video "une peur raisonnable" disponible sur la chaine you-tube de son institut) ou il expliquait qu'il fallait bien faire attention à ce virus.
Réponse de le 21/03/2020 à 23:45 :
Vas-y!!! Donnes-les tes liens.
a écrit le 18/03/2020 à 18:54 :
Curieuse attitude attentiste face à un remède sans doute imparfait mais qui a le grand mérite d'être le seul disponible pour une maladie mortelle. Qui plus est sa posologie et ses effets indésirables sont connus. On peine vraiment à comprendre
a écrit le 18/03/2020 à 18:16 :
Merci, Professeur Raoult, pour votre abnégation, votre volonté de nous guérir et de nous aider contre ces épidémies terribles. Je ne peux que vous féliciter en espérant que vous serez écouté et suivi.
a écrit le 18/03/2020 à 11:30 :
Pour ceux qui vont mourir faute de respirateur disponible, les effets secondaires ne sont pas la priorité du moment.
Pour du préventif, c'est évidemment à évaluer
Réponse de le 19/03/2020 à 9:09 :
Pour connaître les effets secondaires, prière de lire la notice...
a écrit le 18/03/2020 à 10:30 :
Oui il faut trouver un vaccin contre le coronavirus, de quoi soigner et guérir tous les malades infectieux contre le coronavirus. La chloroquine peut vraiment aider. Oui cette période de confinement si particulière pour les Français il nous faut respecter les règles sanitaires draconiennes pour combattre et vaincre le virus ! Oui c'est absolument necessaire pendant au moins 15 jours ! Il faut absolument vaincre ce virus mortel et ne pas cèder à la panique comme Madame Buzin parlant de "masacarade " pour la journée du 15 mars. On ne pouvait pas annuler les elections et le second tour est reporté au 21 juin 2020. Donc restons calmes et disciplinés pour la suite car on est pas encore en haut de la courbe de l'epidémie de coronovirus !!!!
a écrit le 18/03/2020 à 9:57 :
Bravo ! professeur d'avoir continué vos recherches , malgré, le peu de confiance et de soutiens de nos politiques français qui peuvent; comme nous l'avons connu dans le passé, être des réducteurs de progrès dans le domaine scientifique et médicale.
a écrit le 18/03/2020 à 9:54 :
Cela dérange vraiment Paris que la sagesse vienne de Marseille et du gigantesque champ d'expérience chinois. Il est temps de confiner l'autruche parisienne qui manque d'ouverture et d'initiative au point d'imposer la débâcle de la France par l'immobilisme panique. Cela fait 40 ans que des millions de persone prennent quotidiennement 500 mg de chloroquine par jour pour se protéger du paludisme.
a écrit le 18/03/2020 à 7:58 :
Autant dire qu'il faudra sûrement quelques années aux poltiques et médecins non-informés pour peut-être supposer que ça pourrait être vrai. En attendant, tous au chômage... ce qui ne sera pas sans d'extrêmes conséquences politiques. Tout cela est bien triste.
a écrit le 18/03/2020 à 7:54 :
Bravo au Professeur Raoult et à ses équipes d'avoir testé cette molécule connue, rapide et peu chères à fabriquer, Sanofi vient d'annoncer "offrir " 300.000 doses à la France !
Il en connait un bout en maladies tropicales et virus exotiques en tous genre...Espérons que d'autres équipes vont rapidement tester ce remède et qu'il n'y aura pas beaucoup d'effets secondaires chez des patients. Le virus sera toujours mortel dans certains cas.
a écrit le 18/03/2020 à 0:43 :
Bravo professeur Raoult
a écrit le 17/03/2020 à 22:50 :
Un echantillon de 24 est assez pour une etude preliminaire. Avec 75% gueri, et 90% non gueri dans la groupe de controle, on peut dire que le resultat est statistiquement significatif. Student t test pour echantillons petits de moins de 30 sujets.
a écrit le 17/03/2020 à 22:15 :
@tacata : le portage viral de ce coronavirus est supérieur à 20 jours sans traitements.
Il aurait donc fallu que tous les patients soient malades depuis plus de deux semaines ???
Ridicule.
a écrit le 17/03/2020 à 21:15 :
24 personnes n'est pas un échantillon représentatif car on ne connait pas l'ancienneté de l'infection de chacun
si dans le lot un traité les gens étaient infectés depuis 10 jours normal qu'au bout de 6 ils soient guéris comme avec un placebo
si dans le lot deux non traité ils étaient infecté depuis 3 jours normal qu'ils le soient encore au bout de 6
reste à savoir quelles sont les conséquences pour la suite d'avoir pris ce traitement
maintenant quand on est a l'article de la mort dans un couloir de l'oubli car non sélectionné pour vivre par les médecins ca vaut le coup de les inoculer non?
a écrit le 17/03/2020 à 21:15 :
Bravo Raoult ! Chapeau bas ! Comme quoi faut rien lâcher quand on a une certitude
Réponse de le 18/03/2020 à 9:04 :
c'est le but de tout essai thérapeutique, sur la durée d'après des méthodologies agréées, mais ça demande du temps ! Le candidat vaccin aux USA inoculé à des gens pas malades il faut 45jours de recul pour avoir un suivi sur leur "évolution", avant de savoir ensuite si ça peut guérir / protéger. Le vaccin de la variole avait des effets secondaires mais on nous vaccinait quand même (suis donc protégé si ça revient :-) ).
Des différentes approches thérapeutiques en sortiront quelques unes victorieuses, donc celle là semble-t-il.
a écrit le 17/03/2020 à 19:51 :
Si c'est pas cher, ça ne va pas plaire aux multinationales du médicament. On peut s'attendre à des attaques en règle contre cette solution.
Réponse de le 18/03/2020 à 8:59 :
"Sanofi offre des millions de doses de Plaquenil pour traiter 300.000 malades après des essais "prometteurs""
OFFRE ! (sans doute parce que c'est pas cher :-) :-) :-) )
L'espoir est quand même de trouver des médications connues [et donc aussi leurs effets secondaires, contre-indications] pour régler le problème, j'avais lu que 50 000 molécules déjà connues passaient au screening mais c'est long et les essais en boite de Pétri ne sont pas toujours valables in vivo (comme les molécules efficaces sur souris ne sont parfois pas sur l'humain, sinon on passerait directement à la vente sans tests préalables).
Réponse de le 19/03/2020 à 16:30 :
En attendant c'est plutôt le gouvernement qui bloque...
a écrit le 17/03/2020 à 19:30 :
Qu'on écoute et qu'on suive les recommandations d'un véritable expert reconnu. Le moment n'est plus aux tergiversations, avec la multiplication d'expérimentations et de confirmations en labo, c'était compréhensible en tps de paix. Même avec des résultats probants sur un petit échantillonnage, il faut prendre le risque d'agir in situ. Y a le feu ds les hôpitaux car le nbre d'insuffisants respiratoires s'amplifie de jours en jours avec les décès qui en découlent, sans cpter que les cas de contaminés augmentent très rapidement.
Les équipes hospitalières st à bout, les équipements saturés : que l'on fasse des essais in vivo sur des personnes à risque atteintes par le virus, sur la base d'un consentement du patient et des familles.
Sinon, on va droit au tri qui va écarter les plus âgés, un système effroyable pour les familles.
Et tant pis si ça heurte l'ego de certains chercheurs soucieux avt tout du respect des procédures et du principe de précaution.
a écrit le 17/03/2020 à 18:31 :
"faute d'une cohorte suffisamment large et d'une analyse poussée des effets secondaires, cette étude a été décriée par certains chercheurs"
ben oui, si c'est bon pour trois personnes, c'est médicalement difficile d'extrapoler à "tout le monde" en disant qu'on tient la molécule qu'on espérait (déjà connue, AMM en cours, son prix ne va peut être pas décupler par opportunité, qui sait ?). Ça pourrait convenir dans certains cas et pas d'autres, pour ça qu'une piste est intéressante mais demande du recul, qu'on a maintenant.
a écrit le 17/03/2020 à 18:18 :
Mais qu'attend t'on pour généraliser ce traitement ? osons donc .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :