Quand la crise sanitaire confirme l'approche technologique de SMS In Situ

 |   |  616  mots
(Crédits : DR)
Avec sa solution qui permet de gérer le flux des patients dans les cabinets médicaux à horaire libre, la startup hébergée par le Village by CA Provence Côte d'Azur à Sophia-Antipolis adresse un autre segment, généré par la crise sanitaire : éviter le croisement entre personnes dans les centres traitant le Covid-19. Mais c'est aussi du côté de l'Afrique que la jeune pousse trouve des relais de croissance.

Eviter le temps d'attente, toujours trop long, chez le médecin à horaire libre, c'est la problématique qu'adresse depuis l'origine, SMS In Situ. Grâce à des bornes positionnées au sein des cabinets médicaux mais surtout grâce à des algorithmes développés en interne, la jeune pousse vient combler un trou dans la raquette que les plateformes de prises de rendez-vous n'ont pas totalement comblé : gommer ces minutes et heures d'attente générant, agacement, incivilités, risque de transmission de maladies par la trop grande proximité, stress... Et cela, aussi bien du côté du malade que du praticien.

Gestion de flux à distance

La solution est née il y a trois ans et a commencé, comme l'indique Sébastien Pelé, "dans le garage". Autour du projet, quatre associés, 25 années d'expériences professionnelles chacun et une volonté commune, "sauver l'être humain de l'attente".

Concrètement, les bornes développées par la startup, en collaboration avec des médecins, émettent un ticket, soit sur place, soit à distance, géré ensuite en fonction de l'évolution de l'emploi du temps du praticien, que celui-ci prenne de l'avance ou du retard. Le patient est tenu au courant par des notifications SMS, lui indiquant l'heure exacte de son passage, à quelques minutes près.

Une technologie et une façon de gérer les flux de patients qui va retenir l'attention de l'ARS et surtout de l'URPS PACA, l'union régionale des professionnels de santé médecins libéraux, séduite par la solution. Ce qui permet alors à SMS In Situ d'être testée dans les maisons médicales de garde. Pour cela, la startup fait évoluer son produit afin de l'adapter à ce nouveau segment. Elle équipe aujourd'hui plusieurs établissements en Provence Alpes Côte d'Azur, ainsi que par exemple La Timone, à Marseille.

L'Afrique, piste de dévelopement

L'arrivée de la crise sanitaire n'a évidemment pas laissé Sébastien Piel et son équipe, indifférents, alors même que la notion de distanciation est essentielle pour éviter la propagation du virus. C'est ainsi qu'ils mettent leur solution à disposition des centres Covid, gratuitement. Dans ce cas précis, SMS In Situ fonctionne soit de façon classique, en adressant le patient, soit en passant par le médecin qui active lui-même un rendez-vous dans un centre Covid.

Cet applicatif valide ainsi l'approche BtoBtoC de SMS In Situ, bien malgré elle. Et marque aussi sa différenciation, qui est une approche par le biais du médecin - gérer le temps d'attente de son cabinet - et non par le biais du patient. "Les applications santé sont souvent focalisées patients et non praticiens", explique Sébastien Piel. "Notre modèle se précise", se réjouit-il également, certain que d'autres applicatifs sont envisageables, ce qui ouvre des pistes de développement pour la jeune entreprise.

Qui trouve cependant déjà un relais de croissance en Afrique. En effet, la startup sophipolitaine a été retenue d'abord dans le Top 10 des 800 projets ayant répondu à l'un des appels d'offres lancés par Africa 50, un fonds dédié aux projets structurants. Mais le Covid a fait pivoter l'appel initial pour se recentrer sur le financement d'un projet qui répondrait au besoin d'accès au système de santé. SMS In Situ semble plutôt bien placée sur le sujet. Faisant preuve de sa flexibilité. Car "nous sommes capables de sélectionner les problématiques très différentes de l'attente", commente Sébastien Piel, qui redit son "envie de changer les choses".

Revendiquant actuellement un portefeuille de 100 clients, la startup compte atteindre d'ici la fin 2021, 1 000 clients, ce qui lui assurerait la rentabilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :