Biocéanor s'ancre à l’international

 |  | 730 mots
(Crédits : DR)
Des bureaux en Norvège et aux Etats-Unis, des relais commerciaux au Chili, en Indonésie, au Vietnam : la bluetech basée à Sophia-Antipolis, spécialiste des stations sous-marines connectées capables d’analyser et de prédire la qualité de l’eau passe par l'export pour prendre position sur le marché des fermes aquacoles et enclencher celui de la surveillance environnementale. Une accélération dans laquelle la crise sanitaire n’est pas étrangère...

En mars dernier, alors que l'idée d'un confinement commençait à s'installer dans les esprits, la bluetech originaire de Sophia-Antipolis signait une levée de fonds de 1,5 million d'euros auprès du fonds régional Région Sud Investissement, du fonds impact belge Inventures Investment Partners et du club deal d'investisseurs coordonné par Blue Oceans Partners, dédié aux innovations favorisant la restauration de la santé des océans. L'objectif premier de ce tour de table ? Prendre position à l'international, deux ans seulement après sa création, en 2018. C'est aujourd'hui chose faite : en Norvège d'abord, où la jeune pousse vient de s'implanter à Bergen au sein d'un incubateur spécialisé dans la tech et l'aquaculture, et aux Etats-Unis, où l'attaque s'organise sur le flanc ouest, à San Francisco. Un début de maillage mené tambour battant, Covid-19 oblige. "La crise sanitaire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :