Quelle stratégie pour le Conservatoire international du corail ?

 |  | 774 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Menacé de disparition, le corail est au centre des intérêts des scientifiques, partout dans le monde, mais aussi à Monaco. C'est notamment l'une des missions du Centre Scientifique qui pilote une stratégie à plusieurs axes, où il est question de collaboration avec d'autres organismes, d'envergure mondiale et de projet de création de banque de données.

Magnifiquement admiré pour ses grandes barrières, le corail est pourtant un animal menacé de disparition, alors qu'il est pourtant essentiel à l'écosystème sous-marin, et qu'il présente des propriétés exploitables pour de nombreux domaines.

Le corail, ses particularités, ses besoins sont au cœur des travaux du Centre Scientifique de Monaco (CSM). C'est là, dans ses aquariums, que les scientifiques monégasques observent, traitent des données, protègent.

Le corail c'est tout le sujet de Didier Zoccola, chargé de recherche au sein du CSM et qui nourrit depuis longtemps l'idée d'une sorte d'arche de Noé du corail. Une arche qui pourrait rassembler les différentes espèces, venues du monde entier, permettant de les protéger, mais aussi d'aller plus loin dans la préservation et le développement.

90 % de risques de disparition

De cette idée d'arche de Noé sous-marine est née le concept du Conservatoire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :