My e-shop, l’Amazon version foncière de Cap 3000 (et d’Altarea Cogedim)

 |  | 791 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
En créant une marketplace spécifiquement dédiée aux marques présentes dans sa Capsule – l’espace consacré à l’accueil physique de marques locales et DNVB – le plus ancien centre commercial, implanté près de Nice, encore en pleine finalisation de sa transformation physique – une extension pour un coût de 650 M€ - dit vouloir simplifier le parcours client. Ce qui répond en même temps à la problématique que le confinement met en exergue : la visibilité digitale des marques.

Le projet n'est pas lié au confinement et c'est de ce point de vue, ce qui différencie (aussi) l'initiative de Cap 3000. My e-shop est en effet un concept né bien avant que la Covid-19 ne réduise les déplacements et empêche les achats « en vrai ». Bien sûr, le premier confinement « a accéléré » le processus, reconnaît Felipe Goncalves, le directeur général de centre commercial implanté à Saint-Laurent du Var, près de Nice.

My e-shop est, en fait, un outil de plus dans l'escarcelle d'Altara Cogedim. Comme tous les acteurs de la commercialisation, le groupe qu'a fondé Alain Taravella n'échappe pas aux évolutions de consommation, plus digitales, surtout venant des jeunes générations, tout comme du positionnement plus online des marques.

Nouveau business inventé

My e-shop prend en fait naissance dans une autre initiative engagée par le groupe immobilier, celle de consacrer 700 m2 de son extension aux marques digitales, ces DNVB (Digital Natives...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :