Nice Côte d'Azur renforce sa stratégie "smart city"

 |   |  1190  mots
Si on ne peut pas nier la place que Nice a prise sur le créneau de la ville intelligente, si elle est clairement en avance de phase par rapport à d'autres territoires de France, il est tout aussi vrai que l'accélération des technologies exige que cela se traduise encore plus concrètement sur le terrain.
Si on ne peut pas nier la place que Nice a prise sur le créneau de la ville intelligente, si elle est clairement en avance de phase par rapport à d'autres territoires de France, il est tout aussi vrai que l'accélération des technologies exige que cela se traduise encore plus concrètement sur le terrain. (Crédits : iStock)
Cinquième ville de France et dans le top 15 des "smart cities" mondiales, Nice – qui s'est très tôt positionnée ville intelligente et connectée – déploie, expérimente. Mais elle doit maintenant aller plus loin que le laboratoire d'essai. Une preuve du concept qui s'incarne de l'industrie aux "smart grids" ou encore à la santé.

Mieux que Mexico, Rio de Janeiro et San Diego. Le classement Juniper Research, publié en mars dernier, ne concerne ni le football ou tout autre sport vedette mais plus sérieusement le classement des villes les plus intelligentes au monde. En pointant en 13e position, Nice conforte sa place dans le top 20. Et renforce ainsi sa stratégie, adoptée voilà dix ans. Entre-temps, il y a eu des projets, des expérimentations, une éco-Vallée qui sert de jolie vitrine et qui n'a pas encore délivré tout son potentiel. Si on ne peut pas nier la place que Nice a prise sur le créneau de la ville intelligente, si elle est clairement en avance de phase par rapport à d'autres territoires de France, il est tout aussi vrai que l'accélération des technologies exige que cela se traduise encore plus concrètement sur le terrain.

Considérée comme un laboratoire à ciel ouvert grâce aux capteurs disséminés en centre-ville, à l'Institut méditerranéen du risque et du développement durable (Imredd) qui sert la data comme carburant aux PME et grands groupes pour générer de l'innovation, la cinquième ville de France, tel un bon élève dont on s'émerveille sur les premiers bons résultats et le potentiel pressenti, doit confirmer. Comment  ?

L'industrie en mode numérique

Si l'impulsion a été - et est toujours, c'est indispensable - politique, elle vient aussi beaucoup du monde économique.

À l'instar du secteur de l'industrie. Une facette du territoire qui n'est pas forcément (re)connue à sa juste valeur, mais qui pourtant en matière d'intelligence numérique a très vite compris qu'il lui fallait prendre sa part et que derrière le vocable se trouvent des opportunités de business. Le fer de lance sur le sujet, c'est l'UIMM 06. L'Union des industries et des métiers de la métallurgie a déployé un programme baptisé "Industrie 4.06", en partenariat avec la chambre de commerce et d'industrie Nice Côte d'Azur. Un programme décliné en différentes étapes.

D'abord, l'indispensable phase de sensibilisation des entreprises, parce que, comme l'explique Daniel Sfecci, le président de l'UIMM 06, le numérique ne s'appréhende pas toujours avec clairvoyance. Puis, les phases diagnostic, recommandation et passage à l'action.

« Pour positionner notre territoire, il y a un vecteur, qui est la smart city. Nous, entreprises, devons nous poser la question de ce que sera notre fonds de commerce avec le numérique, en étant conscient que tout va à une vitesse folle. Et ça, ça fait réfléchir l'entrepreneur. Il y a deux ans nous étions en retard, aujourd'hui nous ne sommes pas encore dans l'applicatif mais ça va mieux », décrit l'industriel azuréen.

La plateforme se veut extrêmement concrète et c'est bien le but. « La plateforme réalise le diagnostic, indique des solutions et amène aussi l'apporteur de solutions », explique Daniel Sfecci. Et pour compléter, l'IUMM 06 a mis en place une autre plateforme, appelée "Compétitivité 4.06", qui, elle, pourrait bien prendre une envergure régionale. « Le modèle est en train de se mettre en place. S'il se révèle être valable, nous en ferons un modèle duplicable. »

"Smart grids", la "bonne" énergie

Penser au modèle d'après, c'est typiquement le rôle de Nice Smart Valley. Ce démonstrateur, piloté par Enedis, chef de file du consortium qui regroupe aussi GRDF, EDF, Engie, GE, Socomec et la Métropole Nice Côte d'Azur, est installé dans l'éco-Vallée. Nice Smart Valley c'est le nom français du projet européen Interflex, décliné aussi en République tchèque, en Suède, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Qui dit démonstrateur dit éprouver un business model. En gros, passer de l'idée sur le papier à la réalité économique. Ici, trois expérimentations sont menées, comme autant de scénarios : l'utilisation multiservice du stockage, dont l'autoconsommation, la gestion des flexibilités et l'îlotage. Des "usecase" qui doivent permettre de "tester" comment se produira et se consommera l'énergie. Et pour cela, rien de mieux que d'éprouver en faisant appel à des clients "expérimentateurs", des industriels et des particuliers, dont la phase de sélection est en train de s'achever. « Toute entreprise doit avoir une stratégie énergétique », estime Bernard Mouret, le directeur régional Côte d'Azur d'Enedis, rappelant que l'on ne badine pas avec la loi sur la transition énergétique : pour tenir les objectifs qu'elle fixe, il est essentiel de penser aux modèles, applicables très rapidement, surtout dans un contexte où les ambitions tant en matière de recours au photovoltaïque que de mobilité électrique entraînent forcément des changements dans le modèle actuel.

Faire comprendre aux entreprises que les smart grids sont une opportunité de business, c'est aussi le rôle du Club Smart Grids, porté par la CCI Nice Côte d'azur et que préside Fabienne Gastaud. Après la publication d'un guide de recommandation, c'est un nouveau guide d'évaluation qui a été mis en place, avec l'objectif de pouvoir déterminer si un bâtiment est smart ready« Nous voulons que les bâtiments soient construits en fonction de ces recommandations », dit celle qui est aussi Pdg de l'entreprise Wit.

« La smart city, c'est la ville d'aujourd'hui qui bénéficie des nouvelles technologies telles que l'IoT, l'IA, l'open data, l'open source... pour se remettre en question, revoir son environnement et remettre le citoyen au cœur des préoccupations. La smart city, c'est le développement des capacités prédictives et d'anticipation », dit Fabienne Gastaud, qui met en avant la collaboration intelligente - comprendre en laissant de côté les enjeux de concurrence - entre acteurs engagés dans le club.

Ou quand les PME portent la bonne parole main dans la main avec les grands groupes. Gouverner, c'est prévoir. Et quand c'est ensemble, c'est mieux.

___

ENCADRÉ

--

Laurence Vanin

--

L'avis de la philosophe Laurence Vanin : "Le citoyen de verre peut se briser"

Choisie pour diriger la chaire Philosophie et Smart City, hébergée par l'université Côte d'Azur et financée par quatre industriels - Charles Pallanca (Pdg d'Electronie), Daniel Sfecci (président de l'UIMM 06), Bernard Alfandari (Resistex) et Marcel Ragni (Ragni) - Laurence Vanin a forcément un avis sur la question. La smart city ?

« C'est à la fois la ville connectée, intelligente, du futur. Elle doit donner naissance à un nouveau modèle. Cependant il ne faut pas penser uniquement à partir de l'intelligence artificielle, il faut aussi intégrer l'intelligence réelle. En devenant citoyen de verre, ultra-connecté donc ultra-transparent, nous pouvons nous briser. Nous aurons inévitablement envie d'une ère un peu opaque, où l'on conserve un espace, un droit à la déconnexion. Mais il faut laisser la place aux nouvelles technologies, chacune pouvant être bien ou mal utilisée. La philosophie pose les questions avant, quand l'éthique pose les questions après. La philosophie a beaucoup à apprendre des technosciences et les entreprises ont besoin de philosophie pour repenser leur modèle. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :