Martine Vassal (presque) présidente : quels enjeux pour Aix-Marseille Provence ?

 |   |  573  mots
(Crédits : DR)
Pressentie pour prendre la succession de Jean-Claude Gaudin à la présidence de la Métropole, la n°1 du Département ne néglige pas l'ampleur de la tâche. Naissante, la Métropole a ce que l'on peut appeler un fort potentiel de croissance. Et Martine Vassal le sait. Sa vision du développement du territoire est d'ailleurs bien affirmée.

C'est donc (quasiment) fait. La présidente du département des Bouches-du-Rhône pourrait bien devenir la nouvelle présidente d'Aix-Marseille Provence. Ce mardi, Jean-Claude Gaudin l'a clairement exprimé, il appelle de ses vœux que ce soit bien Martine Vassal qui lui succède. Rien de bien surprenant, le maire de Marseille ne tarissant pas d'éloge sur son ancienne adjointe. Et les soutiens à cette candidature annoncée, se multiplient, surtout du côté de la majorité métropolitaine.

L'un des enjeux d'Aix-Marseille Provence est forcément de s'affirmer. Jeune, critiquée à ses débuts, pas forcément acceptée par tous, elle est pourtant inscrite dans le paysage et doit être une façon pour le territoire de penser une stratégie globale.

D'autant plus que l'on sait que le gouvernement a mis le pied sur l'accélérateur pour ce qui concerne une fusion entre le Département et la Métropole.

Sa vision, Martine Vassal l'a déjà pensée, soupesée, analysée.

En juillet dernier dans un entretien accordé à La Tribune, interrogée sur le sujet des "Métamorphoses", débattu aux Rencontres Economiques d'Aix, la vice-présidente de la Métropole, en charge de l'attractivité, en a dévoilé certains axes. Dont celui de l'attractivité.

"Depuis mon élection, voilà plus de trois ans, je me bats pour que le Département puisse se reposer sur une économie forte, créatrice d'emplois. Pour cela, j'ai mis en œuvre un projet économique, avec ma casquette de Première Vice-présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence, afin d'attirer les entreprises, en leur offrant un environnement qui les pousse à venir chez nous. L'innovation est au cœur de mon ambition. Je veux aller plus loin vers la décentralisation, travailler sur les passerelles entre secteur public et secteur privé, continuer à construire une politique nouvelle, avec l'aide de la société civile". Et de le dire clairement : "Je veux faire renaître le potentiel industriel de Marseille".

Attirer les entreprises, ça passe forcément par une prospection à l'échelon mondial. Ainsi en novembre 2017, la mission menée à Miami a été particulièrement riche en rendez-vous et en prises de contact avec des filières communes à celles du territoire Aix-Marseille. Martine Vassal sait le poids de l'international dans une stratégie territoriale. Et à l'étranger, son aisance et sa volonté de faire concret sont indéniablement des atouts.

L'autre grand (gros ?) sujet que va devoir sinon résoudre, tout au moins poser la Métropole, est celui de la mobilité. Enorme point noir, il est l'un des freins les plus redoutables. Toujours dans les colonnes de La Tribune, Martine Vassal reconnaissait que "la mobilité est un domaine pour lequel nous disposons d'une vraie marge de progression". Et d'annoncer sa volonté d'impulser une politique en faveur des "transports verts, de favoriser l'achat de véhicules électriques, pour les collectivités et pour les particuliers".

Les thèmes de travail ne manquent pas. Il y un an, également dans les colonnes de notre hebdomadaire, munie de sa casquette de vice-présidente de la Métropole, Martine Vassal reconnaissait qu'il fallait travailler sur l'image d'Aix-Marseille Provence, qu'il fallait intégrer le jeu collectif, faire équipe lors d'action menées à l'étranger, jouer la carte des grands événements...

On le voit, Martine Vassal est prête. Prête pour la succession de Jean-Claude Gaudin à la présidence d'Aix-Marseille Provence. Pour plus, il faudra (encore) attendre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :