Aix-Marseille Provence : quelle feuille de route pour Martine Vassal ?

 |   |  562  mots
(Crédits : DR)
Désormais à la barre de la Métropole, la présidente du Département sait que sa stratégie, ses actions vont être scrutées, étudiées à la loupe tant les enjeux concernant le territoire et son développement sont majeurs. Mais sa stratégie semble déjà bien peaufinée…

Si c'est sans surprise que Martine Vassal a été élue ce 20 septembre présidente d'Aix-Marseille Provence, ce n'est cependant pas sans enjeux. Seize jours exactement après la démission (presque) surprise, elle, de Jean-Claude Gaudin, voici la présidente des Bouches-du-Rhône dans une situation assez inédite pour Marseille, mais pas moins pleine de promesses.

Car si la fusion annoncée entre le Département et la Métropole est évidemment significative pour l'avenir du territoire, c'est bien la stratégie qui va être déroulée désormais qui l'est tout autant.

"Je veux une Métropole attractive et compétitive, qui s'impose entre Barcelone et Gênes", dit, à peine élue, Martine Vassal, précisant que si elle s'est occupée d'attractivité en tant que vice-présidente, c'est bien un axe qu'elle ne compte pas abandonner, tout comme le développement économique, particulièrement attachée à encourager l'implantation des entreprises sur le territoire et pour cela à mobiliser le foncier, frein récurrent.

La question de la mobilité, l'autre frein handicapant, va être un point important dans l'ensemble des actions à mener. Martine Vassal appelle d'ailleurs de ses vœux la création d'une agence, sur le même modèle qu'Euromediterranée, le but étant la constitution d'un "réseau de transport à hauteur des besoins". Et bien sûr, il est question de demander au Président de la République de mobiliser les moyens financiers nécessaires comme pour le Grand Paris et le Grand Lyon. Le premier ministre, lui, sera sollicité aussi afin d'inscrire la Métropole Aix-Marseille-Provence dans la loi sur les mobilités. Ou comment monter au créneau...

Elue avec 181 voix, soit la majorité absolue dès le premier tour, Martine Vassal fait l'unanimité. Déjà, lorsqu'elle officialise sa candidature pour la présidence de la Métropole, les réactions sont plutôt favorables, même Maryse Joissains, maire d'Aix-en-Provence et meilleure ennemie de Jean-Claude Gaudin concernant la Métropole, ne se montre pas défavorable.

Renaud Muselier, lui aussi, voit plutôt l'arrivée de Martine Vassal à la tête d'Aix-Marseille Provence, comme un événement positif, ne manquant pas de souligner que Région et Métropole pour enfin collaborer de concert. "Je suis enthousiaste à l'idée de notre future collaboration pour ce territoire que nous aimons et servons ensemble avec passion", tweete-t-il dès l'élection rendue officielle.

Même enthousiasme teinté d'attentisme du côté des entrepreneurs. Jean-Luc Chauvin, le président de la CCI Marseille Provence insiste sur la prise en charge directe de la compétence économique qui serait pour "les chefs d'entreprise un signal fort", dit-il. Johan Bencivenga, le patron des patrons provençaux, lui, dit son contentement de voir une "femme engagée qui partage la culture entreprenariale"...

Si pour l'heure, tous les acteurs économiques, quels qu'ils soient, font front uni, tout le monde sait bien que les prochaines élections ne laissent personne indifférent. Dans moins de deux ans, il faudra choisir un successeur à Jean-Claude Gaudin. Dans moins de deux ans, la situation ne sera sans doute pas tout à fait celle d'aujourd'hui. Dans un entretien accordé à La Tribune, et à paraître demain en kiosque, Martine Vassal dit aussi qu'il est trop tôt pour penser au scrutin municipal, renvoyant le sujet - et ceux qui y pensent déjà - à plus tard... Pour le moment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :