Quand Ségolène Royal vient voir Samia Ghali et qu'il est question d'éco-écologie

 |   |  593  mots
(Crédits : Rémi Baldy)
La venue ce 23 janvier de l'ancienne ambassadrice des pôles et ancienne ministre de l'Environnement dans la cité phocéenne n'est pas passée inaperçue. Venue dire tout le bien qu'elle pense de la candidate au scrutin municipal, il a été question de sujets écolo, mâtinés d'éco.

On l'aurait plutôt attendue auprès de la liste EELV ou du Printemps marseillais, menée par une écologiste. Ségolène Royal a choisi Samia Ghali. Qu'elle connaît et dont elle n'a pas hésité à dire qu'elle avait tout le potentiel pour être élu maire. Voilà pour le contexte politico-électoral.

Passée au cours de sa journée marathon par la décharge de Septèmes-les-Vallons, dans le nord de la ville, l'ancienne ministre rappelle qu'elle avait demandé sa fermeture, informée sur les nuisances qu'il causait aux riverains par... Samia Ghali.

"C'est important qu'elle vienne nous voir, nous avons travaillé ensemble sur des sujets importants de proximité", souligne la sénatrice des quartiers Nord. "Les déchets sont une compétence que j'ai transférée aux Régions", rappelle Ségolène Royal. "Je sais que Samia Ghali pourra travailler avec les autres collectivités malgré les différentes étiquettes politiques", ajoute-t-elle, pas avare en compliments.

Label COP21

Ne pas voir dans la virée marseillaise de Ségolène Royal une quelconque coïncidence ou opportunité de lancer son association politique "Désir de France". Non, la raison est tout autre et à tout à voir avec l'écologie, sujet ô combien prégnant à Marseille et pas que pour les fumées de certains navires dans le port.

"Je viens auprès de candidats qui ont avec leurs projets une ambition politique de premier plan et dans la continuité des accords de Paris", assure Ségolène Royal expliquant venir donner "un label en tant que présidente de la COP 21".

On notera que le programme de la candidate Ghali comprend entre autres "un impératif : assurer la transition écologique de la ville". Ce qui comprend la relance des projets de prolongation du métro, du tramway au nord et sud de la ville, la création d'une liaison rapide entre le centre de Marseille et l'aéroport Marseille Provence implanté à Marignane, la gratuité des transports pour certains profils, le parc automobile de la Ville reconverti au tout électrique, l'agriculture urbaine encouragée...

"Samia Ghali s'est beaucoup battue sur des questions liées au transport et contre des projets qui se révélaient être des pompes aspirantes de voitures. Il faut beaucoup de courage". La candidate en profite pour rappeler son combat contre la pollution des bateaux pour laquelle elle veut imposer une baisse de vitesse pour réduire leurs émissions dans le port. Son programme évoque également sur ce point "l'interdiction progressive faite aux navires au fioul lourd d'entrer dans le port de Marseille".

Ne pas opposer écologie et social

Parmi les autres mesures vertes annoncées, on trouve le développement de parking relais, la conversion des bus à l'électrique, la mise en place de politiques incitatives pour le recyclage ou encore "un programme municipal de soutien aux métiers de la transition écologique sera mis en place". Pour Ségolène Royal, "Marseille a tout pour être exemplaire", elle expliquer vouloir "trouver des solutions locales à des problèmes nationaux sans opposer l'écologie au social". Et elle espère bien revenir dans la cité phocéenne : "Mais accueillie à la mairie".

Reste que le sujet de l'écologie est une thématique forte - à Marseille comme dans d'autres métropoles. Pour rappel, lors du sondage La Tribune/Elabe/BFMTV publié en septembre dernier, les diverses hypothèses de configuration établissaient une liste "verte" entre 14 et 17,5 % des votes. Une preuve que le sujet n'est pas neutre. Il nourrit bien des projets économiques, toutes étiquettes et tendances confondues...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2020 à 9:37 :
Royal parlant de DSK:" Il faut laisser du temps au temps"

Crédibilité ? Zéro. EN espérant qu'elle n'est pas en plus une victime silencieuse hein vu que c'était une très belle femme et que DSK était en pleine montée de puissance à son époque, tout le PS faisant semblant de pas regarder... -_-

Le cupidité envers l'argent et le pouvoir est une maladie qui nous anéantie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :