Municipales 2020 : Christian Estrosi sera-t-il élu dès le premier tour ?

 |   |  305  mots
(Crédits : DR)
Alors que le premier tour du scrutin se tient dans un mois, La Tribune et l'IFOP ont recueilli les intentions de vote des Niçois dans un sondage à paraître dans l'hebdomadaire demain en kiosque. Le maire sortant a-t-il de réelles chances de l'emporter dès le 15 mars ? Qui des Verts ou du Rassemblement national peut venir chambouler l'élection ?

Dans moins de 5 semaines, le premier tour des Municipales aura délivré son verdict. A Nice, Christian Estrosi espère enchaîner un troisième mandat. Plutôt favori, l'actuel premier magistrat devra affronter dans les urnes, pas moins de huit listes concurrentes. Dont notamment, celle de Jean-Marc Governatori, allié à Juliette Chesnel, têtes de liste représentant Europe Ecologie Les Verts. Mais aussi celle du Rassemblement national, menée par Philippe Vardon. Benoît Kandel, l'ancien premier adjoint, soutenu par le Centre national des indépendants et paysans fait dissidence à droite. A gauche, Patrick Allemand, l'ancien patron du parti dans le département portera les couleurs du PS et Mireille Damiano celles de la France Insoumise et du Parti communiste.

Qui est susceptible de venir contrecarrer les espoirs de 3ème mandat du maire sortant ?

Europe Ecologie Les Verts draine tous les espoirs. Mais cela tient plus à l'étiquette - on assiste à une vague verte partout en France - qu'à la personnalité de Jean-Marc Governatori, bien connu à Nice, ex-chef d'entreprise (il a été directeur de magasins Fly et Basika notamment, en franchise) mais qui n'a jamais connu de succès en politique. Philippe Vardon, ancien représentant du Bloc identitaire dans la Cité et conseil régional, fera-t-il mieux que Marie-Christine Arnautu en 2014 ?

Patrick Allemand peut-il venir grignoter des voix ?

Un scrutin qui rappelons-le se déroulera sans Eric Ciotti (LR) qui a préféré jeter l'éponge avant le combat, et sans Cédric Roussel, candidat La République en Marche, qui a renoncé également à se présenter au scrutin municipal début février.

Dans cette configuration, Christian Estrosi peut-il se contenter d'un seul premier tour ou devra-t-il en passer par un second ?

Le sondage La Tribune en partenariat avec l'IFOP donne quelques réponses... à confirmer dans les urnes dans quelques semaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :