Municipales : Christian Estrosi, bien parti pour effectuer un troisième mandat à Nice

 |   |  822  mots
Christian Estrosi (LR), entouré de ses principaux adversaires. De gauche à droite : Benoît Kandel (Divers droite), Mireille Damiano (Viva!), Jean-Marc Governatori (EELV), Patrick Allemand (PS) et Philippe Vardon (RN). [dr/pixabay]
Christian Estrosi (LR), entouré de ses principaux adversaires. De gauche à droite : Benoît Kandel (Divers droite), Mireille Damiano (Viva!), Jean-Marc Governatori (EELV), Patrick Allemand (PS) et Philippe Vardon (RN). [dr/pixabay] (Crédits : Photos Pixabay (montage La Tribune))
Perçu comme favori, encore davantage depuis le retrait de son meilleur ennemi Éric Ciotti, l'actuel premier magistrat de la cinquième ville de France aimerait enchaîner avec un troisième mandat. En embuscade, les Verts et le Rassemblement national peinent cependant à s'inscrire comme de réels concurrents.

L'adage dit "jamais deux sans trois". À Nice, Christian Estrosi compte ne pas le faire mentir. L'annonce de sa candidature - un secret de polichinelle - est tardive, intervenue le 12 janvier. Mais stratégique. Ne pas se déclarer trop tôt, mais pas trop tard non plus pour entretenir le suspense, maintenir les adversaires à distance.

L'annonce est de toute façon assez sereine. Christian Estrosi est favori, depuis longtemps déjà, d'autant que le choix d'Éric Ciotti, patron de Les Républicains dans le département et son meilleur ennemi, de ne pas aller sur le terrain électoral a encore davantage dégagé l'horizon laissant espérer, pourquoi pas, une victoire dès le premier tour.

Un sondage Ifop qui crédite la liste Estrosi de 50% des suffrages

C'est exactement ce que montre le sondage réalisé par La Tribune en partenariat avec l'Ifop. Face à huit autres listes déclarées, celle du maire sortant est gratifiée de 50 % des suffrages. Ce qui signifie une qualification directe, sans besoin d'en découdre lors d'un second tour. Loin derrière, mais au coude à coude tout de même, le Rassemblement national mené par Philippe Vardon et Europe Écologie-Les Verts conduit par Jean-Marc Governatori s'octroient respectivement 15 % et 13 % des voix. Plus loin encore et à égalité parfaite, 7 % chacune, les listes PS de Patrick Allemand et La France Insoumise de Mireille Damiano devancent le Divers droite Benoît Kandel, ex-premier adjoint de Christian Estrosi, qui réunit 5 % des voix, le Parti animaliste et la liste de Debout La France étant crédités de 2 % et 1%.

--

Sondage Ifop-LaTribune, Municipales, NICE, Estrosi

[Notre sondage Ifop-La Tribune: cliquez sur l'infographie 
pour l'agrandir plein écran]

--

Un schéma somme toute pas très éloigné de ce qui se pressent sur le terrain. La seconde position du RN n'est pas étonnante. On aurait presque pu s'attendre à un score plus élevé. Mais la personnalité de Philippe Vardon, ancien responsable du Bloc identitaire niçois, membre du bureau national de RN et élu à la Région Sud, est clivante. C'est presque la même analyse pour expliquer le bon score de la liste EELV que mène Jean-Marc Governatori avec Juliette Chesnel. Si cette dernière est inconnue des électeurs, ce n'est pas le cas de Jean-Marc Governatori, ex-chef d'entreprise, fortuné, engagé en politique dès 1980 après avoir revendu ses entreprises, mais qui, ici, bénéficie clairement de l'étiquette Europe Écologie-Les Verts et de l'engouement général des citoyens pour le sujet écologie. Étonnant est le pourcentage recueilli par Patrick Allemand. Crédité de 7 %, il s'agit quasiment d'une gifle pour celui qui a été le patron du Parti socialiste dans le département et le premier vice-président à la Région sous l'ère Vauzelle. Une époque pas si lointaine, pourtant. Avec le même pourcentage de 7 %, Mireille Damiano et La France insoumise sont sans doute l'une des surprises de ce sondage.

"Christian Estrosi attrape tout"

Un sondage qui dit aussi beaucoup sur l'électorat de Christian Estrosi. Qui plaît autant aux 35 ans et plus qu'aux moins de 35 ans. Autant aux actifs qu'aux inactifs. Et qui concentre autant d'électeurs de François Fillon (72 %) au premier tour de la présidentielle de 2017 que d'électeurs d'Emmanuel Macron, (68 %). Allant jusqu'à picorer 27 % des électeurs de Marine Le Pen.

Alors que, du côté de Philippe Vardon, c'est limpide : 9 % des électeurs de François Fillon se tournent vers lui ainsi que 61 % des sympathisants de Marine Le Pen. Aucune réserve de voix ailleurs. Du côté de Jean-Marc Governatori, on ratisse chez Benoît Hamon (61 %), Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Et si Christian Estrosi n'atteignait pas la majorité absolue ? Quid en cas de triangulaire ? On verrait alors la liste du maire sortant atteindre 60 % des suffrages, EELV grimpant à 23 % et le RN ­atteignant 17 %.

«Christian Estrosi mène largement le rapport de force électoral. Il fait même mieux qu'en 2014 », analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop qui note par ailleurs une décomposition du champ électoral avec « une gauche émiettée, un niveau bas du PS, au coude à coude avec la liste de La France Insoumise » et un Rassemblement National « en retrait par rapport à 2014. Comme dans beaucoup de villes, les maires sortants ont l'avantage. Leur candidature a une valeur rassurante. Christian Estrosi attrape tout, il capitalise fortement sur son bilan. Il serait surprenant que son score lors du premier tour soit sous la barre des 40 % de suffrages. Tout comme il serait surprenant de voir un second tour s'envisager. »

Des données qui, au-delà de conforter le maire de Nice, doivent être lues à l'aune d'un mouvement plus large, qui se ressent dans toutes les régions, celle de la montée des préoccupations environnementales. À Nice, toutes les listes ou presque (5 sur 8) se revendiquent d'un mouvement écologique ou paysan. Christian Estrosi lui-même insiste sur sa volonté de verdir encore plus la ville. Le principal enseignement est peut-être bien là...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2020 à 10:18 :
Un très bon maire doté d'une vision d'avenir pour Nice. Espérons simplement qu'il nous épargnera un se second tour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :