A Nice, le développement économique reste l'enjeu majeur

 |   |  820  mots
(Crédits : DR)
Arrivé largement en tête du premier tour avec 47,62 % des suffrages, l'actuel Premier magistrat, président de la métropole Nice Côte d'Azur et président délégué de la Région Sud devrait remporter le second tour sans difficultés majeures. Si le RN et EELV suivent, c'est bien la gestion de l'après-crise, notamment celle qui touche le tourisme, qui pèsera dans la balance électorale.

S'il a été l'un des nombreux maires à souhaiter un second tour se tenant dès ce mois de juin, le scrutin du dimanche 28 ne devrait pas réserver de surprise au cœur de la cinquième ville de France.

Arrivé largement en tête lors du premier tour en mars dernier avec 47,62 % des voix, loin devant le RN (16,70 %) et EELV (11,30%), Christian Estrosi devrait enchaîner un troisième mandat qui - crise de la Covd-19 mais surtout crise économique - ne démarrera pas tout à fait comme prévu.

Le contexte est particulier. Si les sondages donnaient Christian Estrosi vainqueur au premier tour, ils donnaient aussi une seconde place à la liste menée par Jean-Marc Governatori, candidat EELV et une place de joker à Philippe Vardon, candidat RN.

Une poussée de la liste "verte", poussée identique à ce qui se mesure ailleurs sur le territoire, qui se présentait comme l'alternative au développement économique, doublé notamment d'un développement urbanistique.

Sauf...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :