Quel programme santé pour LR et le Printemps marseillais ?

 |   |  1147  mots
(Crédits : DR)
De part son écosystème en pointe et ses enjeux sociaux, la santé est un sujet fort à Marseille. Il l’est d’autant plus depuis l’épidémie de covid-19. Hôpital public, accès aux soins, économie de la santé : tour d’horizon des propositions des deux partis arrivés en tête au premier tour.

Si la santé n'est pas une compétence obligatoire pour les communes, celles-ci peuvent en revanche s'en mêler au nom d'enjeux de santé publique. A Marseille, c'est le Maire qui occupe le siège de Président du Conseil de surveillance de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Preuve que celui-ci a voix au chapitre.

Qui plus est, la santé est un pan incontournable de l'économie locale. La Cité phocéenne dispose ainsi d'un terreau fertile dans des domaines de pointe tels que l'immunologie, l'infectiologie, les pathologies cardio-vasculaires ou encore l'oncologie, faisant rayonner la ville à l'international.

S'ajoute à cela le contexte post-coronavirus qui a mis ces sujets au cœur des préoccupations. Si bien que les deux principales candidates à la Mairie de Marseille, Michèle Rubirola et Martine Vassal, ne pouvaient  passer à côté. Pour élaborer leur programme, elles se sont chacune appuyées sur de fins connaisseurs du domaine. Le Printemps marseillais a confié le sujet à Anthony Gonçalves, chef du service oncologie à l'Institut Paoli Calmette. Pour Les Républicains, le choix s'est porté sur Frédéric Collart, chef de service en chirurgie cardio-thoracique à l'hôpital de la Timone.

Tous deux s'accordent sur un diagnostic plutôt similaire du territoire. De sérieux atouts du coté de la recherche, de l'enseignement et des soins, avec des acteurs en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :