A Marseille, une si longue attente…

 |   |  706  mots
(Crédits : Boegly)
Si le Printemps marseillais dispose, pour l'heure, de davantage de sièges que LR, reste le point d'interrogation de ce que décideront les listes dites minoritaires. Samia Ghali, l'ex-socialiste qui l'a emporté dans son secteur, est celle vers qui tous les regards se tournent…

Décidément Marseille ne fait rien comme tout le monde. Toujours un peu à part, toujours hors normes pour le meilleur ou pour le pire, la Cité phocéenne n'a pas dérogé à cette habitude d'être différente. La preuve, ce lundi matin, Marseille se réveille sans maire.

Si dans les urnes, c'est le Printemps marseillais qui s'est démarqué, dans la réalité, pour l'heure, la situation est bien plus complexe. Avec 4 secteurs pour la coalition menée par Michèle Rubirola mais 3 pour la liste conduite par Martine Vassal, les deux principales protagonistes sont au coude à coude. Et en remportant le 15/16, Samia Ghali est ce matin, la femme forte de la deuxième ville de France.

Même si, elle n'est pas la seule parmi les listes dites minoritaires, à pouvoir faire basculer le fauteuil de maire plutôt à gauche ou à droite....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :