Comment le MuCEM concilie public local et touristes 1/3

 |   |  780  mots
(Crédits : MuCEM/Agnes Mellon)
Depuis son inauguration en 2013, le musée national basé à Marseille a accueilli près de dix millions de visiteurs. Derrière la résille, les équipes du MuCEM s’attellent à trouver un équilibre entre ceux originaires de la région et ceux venus d'ailleurs.

Sa résille s'invite aux côtés de Notre-Dame de La Garde, symbole de Marseille par excellence. Comme la Bonne Mère, le MuCEM se trouve sur l'immense affiche déployée par l'office de tourisme sur la devanture du BHV de Paris. Elle y invite les Franciliens à venir passer leurs vacances dans la cité phocéenne. "Dans l'une de nos études réalisées en 2016, un touriste sur six interrogés disait venir à Marseille pour le musée, cela nous avait surpris", note Cécile Dumoulin, responsable du département des publics et de la programmation culturelle.

L'initiative de cette affiche en plein cœur de la capitale colle avec la stratégie du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, de son nom complet, pour cet été. "Avec la covid-19, nous ciblons notre communication sur du tourisme de loisir plus que culturel, avec des relances dans les chambres d'hôte, camping ou hôtel", explique Julie Basquin,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :