Où en est Attestis, la proptech qui lutte contre les recours abusifs ?

 |   |  642  mots
(Crédits : iStock)
Fondée en 2017, la jeune pousse basée à Sophia Antipolis vient de signer un partenariat capitalistique et opérationnel avec Syllex, l’accélérateur de startups de la Chambre Nationale des Huissiers de Justice. Lesquels proposeront aux maîtres d’ouvrage professionnels sa solution qui prouve la continuité d’affichage des permis de construire pour mieux sécuriser les chantiers face aux recours abusifs.

C'est à l'occasion du dernier Congrès de l'Union Sociale pour l'Habitat, organisé en octobre à Marseille, que la proptech sophipolitaine Attestis a officiellement signé un partenariat avec la Chambre Nationale des Huissiers de Justice à travers son accélérateur de startups, Syllex. Une union à la fois capitalistique et opérationnelle considérée comme une "étape cruciale dans le développement d'Attestis", dixit son dirigeant-fondateur Guilhem Ensuqué pour qui cette alliance "va permettre d'offrir plus de sécurité juridique et d'efficacité opérationnelle aux maîtres d'ouvrage". Et ce, grâce à une solution brevetée qui s'attaque à la problématique des recours administratifs, lesquels, selon la Fédération des promoteurs immobiliers, bloquent chaque année la construction de 30 000 logements en France.

Combler la faille

Lancée sur le marché cet été, la solution d'Attestis, triplement primée lors du concours European Satellite Navigation Competition (ESNC) 2017, vise donc à protéger les maîtres d'ouvrage des recours tardifs et abusifs en apportant la preuve en continu de la conformité et de l'affichage du panneau de permis de construire durant la période de purge des recours. Une obligation régie par le code de l'urbanisme jusqu'alors impossible à prouver puisque les constats d'affichage par huissiers interviennent en début, au milieu et à la fin du délai de deux mois. Entre ces passages ? Rien. Une faille que certains requérants ne se privent pas d'utiliser pour intenter des recours jusqu'à six mois après l'achèvement du chantier. Avec les conséquences que l'on devine pour les promoteurs et bailleurs sociaux à l'origine de l'opération immobilière.

Le relai des huissiers

"Nous nous positionnons comme un outil complémentaire aux solutions actuelles en permettant aux maîtres d'ouvrage de borner de manière certaine la période de purge des recours et donc de passer à la suite des opérations sereinement", explique Guilhem Ensuqué. Pour ce faire, la jeune pousse a développé une plateforme web qui enregistre de manière continue, durant les deux mois réglementaires, l'emplacement et l'état du panneau d'affichage du permis de construire équipé préalablement d'une balise de géolocalisation. Des données que le maître d'ouvrage peut suivre en temps réel sur une application dédiée et, une fois le délai de recours terminé, télécharger en un ensemble de documents stockés jusqu'à dix ans dans la blockchain présentant les preuves d'intégrité à opposer en cas de recours. Une offre déclinée en un service clé-en-main que les 3 200 huissiers de la Chambre nationale, une fois formés, pourront proposer à leurs clients professionnels.

Marchés diversifiés

Un relai d'envergure pour la jeune pousse azuréenne de huit personnes incubée par Paca Est. Surtout quand on souhaite faire ses preuves avant de s'engager, courant 2019, dans une opération de levée de fonds d'un montant supérieur à 1 M€ pour accélérer son développement commercial, en France comme à l'international. Un premier programme immobilier résidentiel, basé à Cagnes-sur-Mer et porté par Azur Réalisation, a déjà été équipé d'un panneau connecté. "Nous sommes en discussion avec le Top 5 des majors de la promotion immobilière", complète le dirigeant. "L'idée est d'entrer avec eux en phase de déploiement pilote pour conclure sur un accord-cadre à l'échelle nationale".

En attendant, Attestis multiplie les incursions sur des marchés diversifiés : de l'immobilier d'activité comme à Cambrai, dans les Hauts-de-France, où la proptech va sécuriser la transformation d'une base aérienne en entrepôts logistiques, aux acteurs de l'énergie renouvelable et notamment ceux dédiés à la pose de panneaux photovoltaïques. Car, comme le rappelle Guilhem Ensuqué, "toute modification extérieure d'un bâtiment est soumise à l'affichage et donc potentiellement concernée par des recours". Ce qui ouvre à la startup un large champ des possibles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :